Agnès de Glanville

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher

Agnès de Glanville était une magicienne et l'un des membres originaux du Chapitre des Talents et des Arts.

Sous la plume de Sapkowski[modifier | modifier le wikicode]

— La reconnaissance des Élus. Bekker et Giambattista soumettent les enfants des colons nouvellement arrivés au test magique, pour découvrir la Source. Les enfants sélectionnés seront retirés à leurs parents et emmenés à Mirthe, le premier siège des sorciers. Il s’agit là d’un véritable moment historique. Comme tu le vois, tous les enfants sont effarouchés ; seule cette brunette espiègle au sourire confiant tend la main vers Giambattista. C’est Agnès de Glanville, qui, par la suite, deviendra célèbre – elle est la première femme à être devenue magicienne. Cette femme derrière elle, un peu triste, c’est sa mère.
Le Temps du Mépris, page(s) ?

— La Galerie de la Gloire, marmonna le sorceleur en s’avançant vers le tableau suivant… Et qu’avons-nous ici ?
— L’instant historique de la convocation du premier Chapitre et le décret des Lois. En partant de la gauche : Herbert Stammelford, Aurora Henson, Iyo Richert, Agnès de Glanville, Geoffrey Monck et Radmir de Tor Carnedd. Pour être franc, cet événement-là mériterait aussi d’être complété par un tableau de bataille. En effet, ceux qui ne voulaient pas reconnaître le Chapitre ni se soumettre aux Lois ont très vite été éliminés au cours d’une guerre brutale. Raffard le Blanc en tête. Mais cela, les traités historiques le passent sous silence afin de ne pas nuire à la beauté de la légende.
— Et ici ? Hum… Oui, ce tableau a sans doute été peint par une adepte. Très jeune, qui plus est…
— Sans aucun doute. C’est d’ailleurs une allégorie. Je l’appellerais l’allégorie de la Féminité triomphante. L’Air, l’Eau, la Terre et le Feu. Et quatre célèbres magiciennes, maîtresses dans le maniement des forces de ces éléments : Agnès de Glanville, Aurora Henson, Nina Fioravanti et Klara Larissa de Winter. Regarde la toile suivante, très réussie. Là aussi, tu vois Klara Larissa : elle procède à l’inauguration de l’école pour jeunes filles. Le bâtiment où nous nous trouvons justement. Et ces portraits, ce sont ceux des anciennes élèves, devenues célèbres, d’Aretuza. C’est la longue histoire de la Féminité triomphante et de la progressive féminisation de la profession : Yanna de Murivel, Nora Wagner, sa sœur Augusta, Jade Glevissig, Leticia Charbonneau, Ilona Laux-Antille, Caria Demetia Crest, Violenta Suarez, April Wenhaver… Et la seule encore en vie : Tissaia de Vries…

Le Temps du Mépris, page(s) ?


Publications[modifier | modifier le wikicode]

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

Notes[modifier | modifier le wikicode]


Références[modifier | modifier le wikicode]