Beann'shie

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher
{{{caption}}}
Beann'shie
Classification
Classe
Spectre

Les Beann'shie (ou banshees dans le jeu Witcher 3) sont les messagères annonciatrice d’une mort violente et imminente. Elles se lamentent et poussent leur cri la nuit de Saovine, qui annonce à celui qui l’entend une mort prochaine.

Dans « Blood and Wine »[modifier | modifier le wikicode]

Entrée de Journal[modifier | modifier le wikicode]

Les banshees hurlent et tempêtent, et si vous entendez leur complainte, sachez que vous gonflerez les rangs des morts dès la nuit prochaine.
– Mendiant de Dun Dâre

Les rumeurs d'antan prétendent que les banshees sont les esprits de femmes piégées entre la vie et la mort en raison d'expériences traumatiques. Leurs lamentations seraient l'augure funeste d'une mort imminente et inéluctable, bien qu'on prétende qu'elles ne s'en prennent pas aux vivants eux-mêmes. La plupart du temps, elles se manifestent sous la forme de femmes à la peau blafarde, le visage fané et strié de larmes, le corps pareil à un cadavre.
Les banshees sont des spectres qui utilisent leur hurlement perçant pour réveiller les morts et les lancer contre leurs ennemis. En outre, leurs cris sont capables d'étourdir leurs adversaires, ce qui en fait des cibles faciles pour les attaques directes.

Les banshees peuvent se régénérer, mais elles ne sont pas invincibles pour autant. Elles sont vulnérables à l'argent et à l'huile contre les spectres, ainsi qu'aux signes des sorceleurs, bien qu'elles soient réputées résister à leurs effets critiques.

Face à une banshee, rien ne sert d'utiliser bombes et carreaux, car le spectre n'en subira aucun dégât.

Sous la plume de Sapkowski[modifier | modifier le wikicode]

À ce moment-là, la terrible beann’shie, la messagère annonciatrice d’une mort violente et imminente, se mit à gémir, et la Traque sauvage, cortège de spectres aux orbites en feu juchés sur des chevaux-fantômes, traversa le ciel noir, leurs manteaux et leurs étendards en lambeaux bruissant dans la nuit.
La Tour de l'Hirondelle, page(s) ?

- Mais, mes mignons, c’est Saovine, voyons! Quelle musique, quels chants? Faut pas! La musique de Saovine, c’est le vent, là, derrière la fenêtre! Ce sont les loups-garous qui hurlent et les vampires, les mamounes qui se lamentent et gémissent, les goules qui grincent des dents! Sans oublier la plainte de la beann’shie, et son cri, qui annonce à celui qui l’entend une mort prochaine.
La Tour de l'Hirondelle, page(s) ?