Contes et légendes sur les humains

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Contes et légendes sur les humains
Books Generic other.png
Un ouvrage richement décoré.
Détails
Inventaire/
emplacement
Livres
Catégorie
Objet ordinaire
Type
Livre

Entrée de journal[modifier | modifier le wikicode]

Talaith et la sorcière maléfique

Personne dans tout Tir ná Lia ne savait comment aider Talaith à dissiper le sort maléfique lancé sur son frère. Le jugement obscurci par un désespoir accablant, elle alla trouver une vieille sorcière. Les sages l'avaient pourtant avertie que le cœur de cette vieille femme était aussi noir et corrompu qu'une charogne dévorée par les vers.
La vieille sorcière vivait dans une caverne au milieu des étendues sauvages, entourée d'émanations toxiques et de crapauds et vipères venimeux. Talaith se rendit là-bas, même si son cœur pur l'enjoignait de rebrousser chemin. Tandis qu'elle approchait de la caverne, elle sentit une odeur si affreuse qu'elle faillit défaillir. Elle ignorait de quoi il s'agissait, car elle n'avait jamais approché d'un humain. Elle surmonta sa répugnance en s'efforçant de penser à son frère courageux, et demanda l'aide de la sorcière.
"Et que me donneras-tu en échange, ma chère elfe ? dit la sorcière d'une voix stridente.
- Tout ce que vous voudrez.
- Alors, donne-moi ta voix, chère elfe, et je lèverai la malédiction de Leod."
Talaith se remémora les berceuses qu'elle chantait à son frère et se mit à pleurer, mais donna quand même sa belle voix à la sorcière. La vieille femme s'en empara avec ses serres crochues comme d'un poisson argenté et la jeta à son chat.
"À présent, donne-moi tes cheveux, chère elfe ! Alors seulement je lèverai la malédiction de ton frère."
Talaith se mit à sangloter, mais accepta et la sorcière tissa un solide filet avec ses cheveux avant de le suspendre à un arbre pour attraper les oiseaux.
"Maintenant, donne-moi tes yeux ou je ne lèverai jamais la malédiction de Leod."
Talaith aimait énormément son frère, alors elle donna ses yeux verts à la sorcière, qui les cousit sur sa robe sale comme des pierres précieuses pour la décorer. Et elle se mit à rire. Ce ne fut qu'alors que Talaith comprit que la sorcière ne lèverait jamais la malédiction de Leod et que tous ses sacrifices avaient été vains. Hélas, elle ne pouvait plus crier. Oh, comme elle regrettait de ne pas avoir écouté les sages, qui ont tant d'histoires à raconter sur la traîtrise humaine !
Talaith était pétrifiée par les regrets, mais son cœur pur continuait à battre. Quand la vieille femme se pencha sur son livre de sorts, les yeux verts de Talaith lurent la même chose qu'elle et ainsi l'elfe découvrit que c'était cette sorcière qui avait maudit son frère Leod. Elle continua à lire avec la sorcière jusqu'à ce qu'elle sache comment lever la malédiction. Ensuite, elle captura de gros rouges-gorges avec le filet que la sorcière avait tissé avec ses cheveux et les donna à manger au chat de la sorcière. Ronronnant de plaisir, le chat accepta de la suivre jusqu'à Tir ná Lia. Là, il raconta aux sages tout du vol de la voix de Talaith, et ils admirent la véracité de l'histoire.
Les sorts maléfiques lancés contre Leod et Talaith furent inversés, et la sorcière maléfique fut étripée et écartelée.