D'ao

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher

Les D'ao sont des génies de la terre. Herbert Stammelford, un magicien, a déplacé un jour une montagne parce qu’elle masquait la vue qu’il avait de son beffroi. Or personne n’a jamais réussi à le faire, ni avant ni après. D’après ce qui se raconte, Stammelford avait à son service un d’ao.

Sous la plume de Sapkowski[modifier | modifier le wikicode]

— Ne m’interromps pas, le coupa Krepp à son tour. Il est apparu clairement au cours de ton récit, sorceleur, que tu n’en sais pas grand-chose. Alors maintenant, ferme ton clapet et écoute les gens qui en savent plus que toi. Pour en revenir aux génies, il y en a quatre sortes, de même qu’il y a quatre domaines. Il existe les d’jinni, qui sont des êtres aériens ; les marides, liés à l’élément de l’eau ; les d’ao, les génies de la terre, et les iphrites, qui sont les génies du feu…
— « Le dernier vœu », dans la collection Le Dernier Vœu, page(s) ?

— Le magicien Stammelford, le coupa le prêtre en retrouvant le ton, la pose et l’expression d’un professeur d’université, a déplacé un jour une montagne parce qu’elle masquait la vue qu’il avait de son beffroi. Or personne n’a jamais réussi à le faire, ni avant ni après. D’après ce qui se raconte, Stammelford avait à son service un d’ao, un génie de la terre. Il existe des documents qui mentionnent des exploits du même ordre accomplis par d’autres magiciens. Des lames de fond et des pluies catastrophiques sont assurément l’œuvre de marides. Des colonnes de feu, des incendies et des explosions sont le boulot des iphrites du feu…
— « Le dernier vœu », dans la collection Le Dernier Vœu, page(s) ?