Eithné Œil d’argent

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Eithné
V.O.
Eithné
Surnom(s)
Œil d'argent
Statut
Titre(s)
Reine de Brokilon
Famille
Enfant(s)
Morénn

Eithné Œil d'argent est la reine des dryades de Brokilon. Elle et le roi Ervyll de Verden partagent une haine mutuelle l'une de l'autre.

Apparence et caractère[modifier | modifier le wikicode]

Eithné portait une robe vert clair, légère et traînante. Elle était, comme la plupart des dryades, mince et de petite taille, mais son port de tête demeurait fier. Son visage sérieux et dur, ses lèvres décidées, donnaient l’impression qu’elle était plus grande et plus puissante. La couleur de ses cheveux et de ses yeux rappelait celle de l’argent fondu.[1]

Biographie[modifier | modifier le wikicode]

Dans L’Épée de la providence[modifier | modifier le wikicode]

Dans Le Baptême du Feu[modifier | modifier le wikicode]

Sous la plume de Sapkowski[modifier | modifier le wikicode]

L’Arbre d’Eithné était, cela va sans dire, un chêne, ou plutôt trois chênes soudés les uns aux autres pendant leur croissance, encore verts et ne trahissant aucun symptôme de dessèchement malgré les trois cents ans au moins que Geralt leur attribuait. Les troncs étaient vides. La cavité ainsi formée avait les dimensions d’une grande pièce dotée d’un haut plafond se rétrécissant en cône. L’intérieur, éclairé d’une faible lanterne, avait été transformé en un logis confortable dont la modestie l’emportait sur la rusticité.
L'Épée de la Providence, page(s) ?


Eithné dans les adaptations[modifier | modifier le wikicode]

Dans Gwent: The Witcher Card Game[modifier | modifier le wikicode]

Arbre des récompenses[modifier | modifier le wikicode]

Parchemin 1 : Les pires ennemis en viennent parfois à négocier, souvent dans l'espoir d'un compromis ou d'une trêve, mais pas Eithné, reine des dryades. Sa haine de l'humanité ne connaît nulle faiblesse. À leurs demandes, à leurs pleurs, à leurs menaces ou à leurs prières, elle répond toujours d'une même façon : par une flèche entre les deux yeux.
Parchemin 2 : Sous le règne d'Eithné, les humains ont l'interdiction la plus formelle de pénétrer les forêts de Brokilone. Enfin… presque formelle. Après tout, il faut bien que les dryades puissent procréer, elles aussi.
Parchemin 3 : Pour cette raison, les dryades enlèvent de jeunes humaines et, parfois, des hommes en bonne santé. Le rôle de ces derniers au sein de la société des dryades est facile à deviner. Toutefois, leur « devoir » accompli, ils sont bannis à jamais de la forêt… et ce, bien qu'ils les supplient de pouvoir rester.
Parchemin 4 : Les jeunes filles destinées à venir grossir les rangs des dryades sont invitées à boire de l'Eau de Brokilone. Celle-ci aiguise leurs sens, renforce leurs corps… et efface leur mémoire.
Coffre 1 : Les pouvoirs des dryades leur permettent de contrôler la croissance des plantes afin de leur donner n'importe quelle forme. C'est ainsi qu'elles bâtissent leurs fortifications, leurs maisons et leurs palaces. Le procédé est lent, et peut parfois prendre des siècles… Fort heureusement, les dryades sont connues pour leur patience.
Coffre 2 : Les plus douées des dryades sont capables d'exploiter ce don à son maximum, en créant de nouvelles formes de vie ou des plantes capables de se mouvoir… et même d'une forme primitive d'intelligence. Ces êtres sont connus sous le nom de tréants. Peu de gens ont eu l'occasion de les contempler, ou en tout cas les remarquer. Au cœur d'une forêt dense, il est presque impossible de les repérer, et plus difficile encore de leur échapper.
Coffre 3 : De temps à autre, les régents des royaumes humains situés aux frontières de Brokilone (Verden, Cidaris et Temeria) se décident, encore une fois, à incendier l'antique forêt et à éliminer les dryades qui l'habitent. Ils font alors transporter goudron et paille sèche jusqu'à l'orée du bois ; mais ceux-ci sont bien vite abandonnés lorsque, du couvert des arbres, parviennent les premières volées de flèches silencieuses.

Apparitions[modifier | modifier le wikicode]

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

Notes[modifier | modifier le wikicode]


Références[modifier | modifier le wikicode]