Forces spéciales d'Aedirn

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher
cocarde des Forces spéciales d'Aedirn

Les Forces spéciales d'Aedirn est une armée spéciale crée par le roi Demawend pour combattre les Scoia'tael.

Membres notables[modifier | modifier le wikicode]

Sous la plume de Sapkowski[modifier | modifier le wikicode]

[...]Tu sais, Geralt, j’ai l’intention de m’engager dans l’armée. À ce qu’on dit, le roi Demawend a décrété l’enrôlement dans le but de créer une armée spéciale. Six mois de formation dans un camp et puis ta solde tombe. C’est trois fois plus que ce que je gagne ici, même en comptant les pots de vin… Pouah ! Ces lottes sont trop salées.
— J’ai entendu parler de cette armée spéciale, acquiesça Pluskolec. C’est à cause des Écureuils, l’armée régulière ne s’en sort pas contre les commandos d’elfes. Il paraîtrait qu’on enrôle plus volontiers des demi-elfes… Mais ce camp où ils apprennent à se battre, c’est un véritable enfer à ce qu’on dit. La moitié en sort pour toucher sa solde, et l’autre pour aller au cimetière, les pieds devant.

Le Sang des Elfes, page(s) ?

Villis cracha, après quoi il arracha rapidement de son épaulette la cocarde aux trois couleurs – noir or et rouge – des armées spéciales du roi Demawend et la jeta dans les broussailles. Rayla, qui lissait et nettoyait son propre insigne, eut un sourire grimaçant.
Le Sang des Elfes, page(s) ?

— Tu as vu les poteaux qui se trouvaient aux carrefours ? demanda-t-elle. Tu as dû les voir, tu as dû flairer la puanteur des cadavres décomposés. Ces poteaux, c’est une idée à eux, c’est leur œuvre. Son œuvre, à elle et à ses subalternes des détachements spéciaux. Bande de sadiques !
— C’est la guerre, Yennefer. Cette Rayla a dû voir plus d’une fois ses compagnons d’armes tomber vivants entre les pattes des Écureuils. Pendus aux arbres par les bras pour servir de cibles à leurs flèches. Rendus aveugles, castrés, les jambes brûlées sur les feux de camp. Les atrocités commises par les Scoia’tael sont dignes de Falka elle-même.
— On peut en dire autant des méthodes des détachements spéciaux. Mais il ne s’agit pas de cela, Rita. Je ne suis pas en train de m’attendrir sur le sort des elfes, je sais ce qu’est une guerre. Je sais aussi comment se gagnent les guerres. Grâce aux soldats qui, avec conviction et dévouement, défendent leur pays, leur maison. Elles ne se gagnent pas avec des gens tels que Rayla, des mercenaires qui se battent pour de l’argent, qui ne savent pas et ne veulent pas se sacrifier. Eux ignorent même le sens du sacrifice. Et s’ils le connaissent, ils le méprisent.

Le Temps du Mépris, page(s) 106