Gorgone

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher

La Gorgone, surnommée la montagne du Diable, est une montagne située dans la chaîne d'Amell.

Repère[modifier | modifier le wikicode]

Sous la plume de Sapkowski[modifier | modifier le wikicode]

Récemment encore, la rivière Iaruga avait été pour eux une franche césure, une frontière dont la traversée symbolisait de manière flagrante le passage à une nouvelle étape, plus sérieuse, de leur expédition; à présent, face aux montagnes d'Amell, ils éprouvaient tous le même sentiment. Ils avaient conscience d’avoir atteint une barrière, un point de non-retour, Geralt le premier. Pouvait-il en être autrement lorsque du matin au soir se dressait devant leurs yeux la puissante chaîne de montagnes en dents de scie, avec ses neiges et ses glaciers étincelants qui leur barraient la route du sud? Et surtout, s’élevant au-dessus des pics d’Amell, si majestueux qu’il en était presque menaçant, aussi acéré que le tranchant d’une miséricorde, l’obélisque de la Gorgone, la montagne du Diable? Ils n’en avaient pas discuté ensemble, mais Geralt ne pouvait ignorer ce que tous avaient à l’esprit. Car, lorsqu’il regardait les montagnes d’Amell et l’obélisque de la Gorgone, l’idée de continuer vers le sud lui paraissait à lui aussi totalement insensée.
La Tour de l'Hirondelle, page(s) ?

Au sud, de plus en plus proches, de plus en plus menaçantes, s’élevaient les montagnes d’Amell. Et la dent pointue de la Gorgone, la montagne du Diable, noyée au milieu des nuages qui envahissaient progressivement l’immensité du ciel.
La Tour de l'Hirondelle, page(s) ?

À l’horizon se dressait la Gorgone. De plus en plus proche. Sur les versants escarpés de la puissante montagne ruisselaient des glaciers et des neiges éternelles de sorte que la Gorgone semblait ceinte en permanence d’une écharpe blanche. Le sommet de la montagne du Diable, qui évoquait le visage et le cou d’une mystérieuse jeune mariée, était perpétuellement nimbé d’un voile de nuages. Parfois la blanche parure de la Gorgone s’animait, spectacle superbe, mais porteur de mort: sur ses flancs abrupts dévalaient des avalanches qui emportaient tout sur leur passage, descendaient jusqu’au pied caillouteux du massif avant de poursuivre leur chemin sur les pentes couvertes de sapinières, par-dessus les vallées de la Newa et de Sans-Retour et les lacs des montagnes, petites taches noires dans le paysage.
Le soleil, qui était finalement parvenu à percer les nuages, s’était couché bien trop vite, disparaissant derrière la montagne et l’embrasant d’une lueur pourpre et dorée.

La Tour de l'Hirondelle, page(s) 186

—Si l’on en croit la druidesse, répéta Geralt avec une pointe d’ironie dans la voix. Je suis déjà venu dans cet endroit. Je sais qui vit dans les grottes profondes sous la montagne du Diable. Divers habitants. Mais il est impossible de discuter avec la plus grande majorité d’entre eux autrement qu’avec une épée. Qu’a dit d’autre ta druidesse? Quel mensonge dois-je encore croire?
La Tour de l'Hirondelle, page(s) ?


Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

Notes[modifier | modifier le wikicode]


Références[modifier | modifier le wikicode]