Henselt d'Ard Carraigh

De Sorceleur Wiki
(Redirigé depuis Henselt d’Ard Carraigh)
Aller à : navigation, rechercher
Henselt d'Ard Carraigh
Identité
V.O.
Henselt z Ard Carraigh
Espèce
Humain
Nationalité
Flag Kaedwen.svg
Statut
Titre(s)
Roi de Kaedwen
Famille
Conjoint(e-s)
Femme - Nom inconnu
Enfant(s)
Fils - Nom inconnu
Roi de Kaedwen

Henselt d’Ard Carraigh est le roi de Kaedwen. Il a un seul fils et une femme dont on ignore les noms.

Apparence et caractère[modifier | modifier le wikicode]

Henselt avait une barbe semblable à celle d’un bandit, et de petits yeux perçants et brillants. Selon lui, il faut étrangler les Écureuils et lancer une opération militaire commune d’envergure. Il faut plonger les non-humains dans un bain de sang. Que le Pontar, la Gwenllech et la Buina charrient le sang des elfes depuis leur source jusqu’à leur estuaire ! [1].

Henselt d'Ard Carraigh dans la saga[modifier | modifier le wikicode]

Dans Le Sang des Elfes[modifier | modifier le wikicode]

Dans La Dame du Lac[modifier | modifier le wikicode]

Sous la plume de Sapkowski[modifier | modifier le wikicode]

Il est toutefois dommage que cette alliance et cette solidarité n’aient duré que le temps de la guerre. Dès que la paix fut rétablie, nous nous sommes de nouveau séparés. Vizimir et Foltest s’étouffent l’un l’autre avec des taxes de passage et des droits d’étape, Demawend d’Aedirn et Henselt se disputent la Marche du Nord, quant à la Ligue de Hengfors et aux Thyssen de Kovir, ils prennent tout par-dessus la jambe.
Le Sang des Elfes, page(s) ?

À l’opposé de la table siégeait Henselt, roi de Kaedwen ; il avait une barbe semblable à celle d’un bandit, et de petits yeux perçants et brillants qui jetaient des regards furtifs en direction des membres du conseil.
Le Sang des Elfes, page(s) ?

— Quoi de neuf à Kaedwen ? demanda Yennefer, feignant d’ignorer ce que regardait Geralt. Ton roi Henselt continue-t-il à épuiser ses forces et ses moyens à pourchasser les Écureuils dans les forêts ? Pense-t-il toujours à mettre sur pied une expédition punitive contre les elfes de Dol Blathann ?
Le Temps du Mépris, page(s) ?


Henselt dans The Witcher[modifier | modifier le wikicode]

Dans The Witcher 2: Assassins of Kings[modifier | modifier le wikicode]

Entrée de Journal[modifier | modifier le wikicode]

Le sorceleur avait un jour déclaré qu'il avait eu l'occasion de rencontrer des voleurs aux allures de conseillers municipaux, des conseillers aux allures de mendiants, des catins aux allures de princesses, des princesses aux allures de vaches prêtes à vêler et des rois aux allures de voleurs. Le roi Henselt n'était pas un voleur, mais, sauf le respect de Sa Majesté, il en avait certains traits. Et il ne devait pas cette ressemblance qu'à sa barbe, ses petits yeux de fouine et son regard perçant. Son annexion de la Basse-Marchie, appelée aussi Haut-Aedirn, alors qu'Aedirn repoussait déjà, au sud du pays, les attaques de Nilfgaard, fut considérée comme un vol. Le défunt roi Demavend avait eu un avis très tranché sur la question, qu'il s'était empressé de transmettre en des termes particulièrement explicites. Mais si Henselt n'était guère apprécié, c'était surtout que ses ambitions et ses désaccords avec ses voisins n'étaient un secret pour personne, tout comme d'ailleurs ses mesures radicales envers les non-humains, contre lesquels il faisait campagne, gaspillant forces et argent.
Le roi vieillissant de Kaedwen n'avait aucun héritier vivant, et la rumeur disait par ailleurs qu'il n'avait guère d'appétit pour la bagatelle.
Si la concupiscence d'Henselt diminuait avec l'âge, ce n'était certainement pas le cas de son ambition. Le roi était prêt à tout pour conquérir la Basse-Marchie, province qu'il avait dû abandonner jadis.

Si Geralt s'est allié à Vernon Roche :

Le roi récolta ce qu'il avait semé des années plus tôt lorsqu'il avait, conjointement avec Nilfgaard, divisé le royaume d'Aedirn. Même s'il avait fini par rendre les terres volées, nombre de Kaedweniens considéraient cet assaut contre un allié comme un déshonneur. Ses détracteurs avaient alors ourdi un complot qui vint s'ajouter à la longue liste de ses problèmes.
Le roi de Kaedwen avait été maudit par feue la magicienne Sabrina Glevissig, jadis condamnée à mort par Henselt.
Grâce au sorceleur, la malédiction d'Henselt fut levée. Le roi, soulagé, redoubla d'efforts pour mettre ses plans à exécution. Outre la conquête d'Aedirn, ses plans comprenaient certainement : l'assassinat de Stennis, l'extermination des non-humains et le dépucelage de Saskia… mais pas forcément dans cet ordre.
Henselt montra son vrai visage de dépravé lorsqu'il fit massacrer les hommes de Roche et qu'il viola Cyn. Il se fit ainsi un ennemi mortel en la personne de Vernon.
Le roi de Kaedwen assouvit son ambition. Il lança un assaut victorieux sur Vergen et renforça son royaume.
Et lui permets de tuer Henselt :
Henselt fit l'erreur de sous-estimer la détermination du capitaine des Stries Bleues. Ce dernier s'était juré de venger ses hommes. Ainsi périt le dernier des rois kaedweniens portant un sceau à la licorne.
Et ne lui permets pas de tuer Henselt :
Henselt pouvait s'estimer chanceux que Geralt se fût contenté de lui faire quelques bleus, car Vernon se serait montré beaucoup moins clément. Henselt vit ainsi sa dette de gratitude envers Geralt s'alourdir davantage, même si je doute que Sa Majesté Royale le vît ainsi.

Si Geralt s'est allié avec Iorweth :

Henselt accepta une proposition à première vue inacceptable. Il donna quelques gouttes de son sang royal à un étranger, uniquement pour pouvoir déclarer la guerre qu'il attendait tant.
Le roi ne se serait pas senti mieux après un vilain coup à l'entrejambe. Vaincu par les troupes de Vergen, menées qui plus est par une femme et composées de paysans, de nobles sur la paille, de nains et d'elfes, il dut renoncer à ses revendications auprès d'Aedirn. Je n'oublierai jamais son regard ni sa tête hirsute lorsqu'il annonça sa défaite au sommet de Loc Muinne.

Si Geralt choisir d'aller sauver Triss Merigold :

Henselt se fit un plaisir de prendre part, avec Redania, à une autre division : celle de Temeria, royaume affaibli et en proie au chaos.

Si Geralt choisir d'aller sauver Anaïs La Valette :

Henselt se vit forcé de calmer sa soif de conquête territoriale lorsque l'occasion de récupérer une partie de Temeria lui passa sous le nez.

Dans Gwent: The Witcher Card Game[modifier | modifier le wikicode]

Arbre des récompenses[modifier | modifier le wikicode]

Parchemin 1 : Les allures de bandit du roi Henselt n'inspiraient nulle admiration. Son charisme ne frappait pas les foules de stupeur, pas plus que son raffinement n'impressionnait les courtisans… Mais sur un champ de bataille, tous reconnaissaient son talent.
Parchemin 2 : Henselt était capable d'estimer la portée d'une catapulte au centimètre près. Il se promenait parmi les armes de siège à la manière d'un parent au milieu de ses enfants, tâtant affectueusement une pierre, pinçant les cordes tendues comme un troubadour celles de sa harpe…
Parchemin 3 : Les choses étaient bien différentes lorsque son attention devait se détourner des champs de bataille, car Henselt préférait la compagnie des armes de siège à celle des hommes. Ses crises de rage étaient souvent brusques, et il ne se calmait pas aisément.
Parchemin 4 : Pour ces raisons, et malgré son aptitude incontestée à mener bataille, la puissance de Kaedwen ne se développa guère sous le règne de Henselt. Il ne put conclure d'alliances, et ses prouesses militaires ne lui amenèrent aucun avantage durable. Cela, toutefois, ne troublait pas le roi, qui appréciait la guerre pour elle-même.
Coffre 1 : Le destin se joue cruellement de ses victimes, et Henselt fut l'une d'entre elles. Le roi de Kaedwen se targuait souvent de sa virilité. Il se vanta un jour, après avoir ingéré quelques chopes de bière brune, d'avoir engendré assez de bâtards pour occuper tous les trônes du Nord, et même, peut-être, de quelques provinces du Nilfgaard. Toutefois, après que son unique héritier mourut durant une partie de chasse, le roi ne put, malgré ses nombreuses tentatives, concevoir un autre successeur à son trône. La déconfiture qu'il subit dans l'intimité de sa chambre à coucher aurait été, aux dires de certains, à l'origine de son tempérament colérique…
Coffre 2 : Henselt n'était pas l'image même de la stature royale. Ses yeux étaient globuleux et son regard vague, son nez large et rubicond, et il arborait une barbe touffue… Une telle description semble mieux correspondre à un bandit qu'à l'un des souverains les plus importants du Nord. Conscient de ses traits peu avantageux, Henselt choisissait avec soin ses tenues, sur lesquelles il ne manquait jamais de faire figurer l'emblème royal. Il portait en outre une immense ceinture gravée de tours d'argent, une chaîne d'or pur qui pesait une livre, une couronne surmontée de la licorne royale et un caftan pourpre somptueusement doublé d'hermine. Mais, comme le disait si bien le roi Foltest avec l'ombre d'un sourire : « Un porc paré de bijoux sera toujours un porc. »
Coffre 3 : Henselt refusait sa cour aux mages et aux magiciennes. Il finit toutefois par admettre Sabrina Glevissig parmi ses conseillers, non pas pour profiter de sa sagesse, mais comme symbole supplémentaire de son pouvoir. À la manière d'un sceptre ou d'un manteau d'apparat, le rôle de la magicienne à la cour kaedwienne était purement cosmétique. Sabrina, cependant, refusait de se taire. Elle interrompait parfois le roi en se mettant à crier, ou en tapant du poing sur la table. Avec le temps, elle finit par obtenir son respect, mais elle n'oublia jamais le mépris et les insultes qu'elle avait eu à subir lors de son arrivée. Des années plus tard, lorsqu'elle en eut l'opportunité, Sabrina trahit le roi… Une faute pour laquelle elle paya le prix fort.

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

Notes[modifier | modifier le wikicode]


Références[modifier | modifier le wikicode]

  1. Le Sang des Elfes, Chapitre 6.