Jeux de poker : Vergen

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher

Jeux de poker : Vergen est une quête dans le Chapitre II de « The Witcher 2: Assassins of Kings ».

Guide[modifier | modifier le wikicode]

Geralt doit d'abord jouer et gagner contre Cornelius Meyer et Bruno Biggs, deux nains qui se trouvent à l'intérieur de la forge de Vergen. Ensuite, il peut jouer contre l'aubergiste au Chaudron. Après l'avoir vaincu, il peut alors jouer contre Cecil Burdon. Enfin, après avoir vaincu tous les autre nains, il peut jouer une partie contre Haggard, l'apprenti du forgeron.

Après cette dernière victoire, il est possible de demander à avoir quelque chose de plus intéressant que de l'argent, auquel cas Haggard vous donne le choix entre Schéma : minerai de météorite rouge , Schéma : minerai de météorite bleue et Schéma : minerai de météorite jaune.

Entrée de journal[modifier | modifier le wikicode]

Geralt s'enticha du poker aux dés et commença à chercher d'autres joueurs dès son arrivée à Vergen. La ville se révéla pleine d'amateurs de ce passe-temps. Geralt put jouer à l'auberge contre l'aubergiste lui-même. Il apprit aussi que l'Ancien, Cecil Burdon, et l'apprenti du forgeron ne refusaient jamais une petite partie. Mais les meilleurs joueurs n'affrontent pas n'importe qui. Le sorceleur devait d'abord faire ses preuves en gagnant contre les nains qui se réunissaient à la forge.
Premier arrivé, premier servi. Il ne manquait qu'une victoire au sorceleur pour pouvoir participer aux parties de la ligue.
Après qu'il eut littéralement terrassé deux adversaires, Geralt fut remarqué par l'élite des joueurs. Il pouvait désormais affronter l'aubergiste.
L'aubergiste enchanta ses dés mais ce fut peine perdue. Et Geralt se prépara à défier Cecil Burdon.
L'Ancien avait plus de chance en politique qu'aux dés. Il perdit platement. Il ne restait donc plus qu'un adversaire à Geralt : l'apprenti du forgeron.
Et l'apprenti du forgeron perdit aussi. Il aurait pleuré toutes les larmes de son corps pour avoir perdu très gros. Mais les joueurs, comme les honnêtes historiens, ne font pas de sentiments. Alors gloire au sorceleur et honte au perdant !