Journal du professeur Tremblegond

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Journal du professeur Tremblegond
Tw3 book purple.png
Lire pour en savoir plus.
Détails
Inventaire/
emplacement
Objets de quête / Livres
Catégorie
Objet ordinaire
Type
Autre
Source
Corps du professeur Tremblegond.
Prix de base
couronnes
Prix de vente
couronnes
Poids
0 poids

This journal is found along with the key to the front door, in the Professor's remains.

Quête associée[modifier | modifier le wikicode]

Entrée de journal[modifier | modifier le wikicode]

Mes notes et observations
Professeur Tremblegond
Le cercle qu'a créé de Meuré me terrifie. Je ne le vois pas, mais je sais qu'il est là, comme perçu par un sens que je ne saurais nommer. Quand je m'en approche, mon échine est parcourue d'étranges frissons. Rien de douloureux là-dedans, mais une sensation qui me hérisse le poil comme les piquants d'un porc-épic.

Un mois s'est écoulé et je persiste à rester à l'intérieur du cercle runique. Je suis de plus en plus la proie des cauchemars, au point que j'en suis venu à craindre le sommeil. Je ne sais combien de temps je tiendrai encore ainsi.

Moi qui n'ai jamais eu d'enfant, j'ai rêvé que j'avais une fille : une gamine de dix ans tout au plus m'a visité durant mon sommeil en me donnant du "papa" et en me lançant des regards pleins d'adoration. Le plus étrange, c'est que je brûlais moi aussi d'amour paternel. Peut-on rêver de quelqu'un qui n'existe pas ? Peut-on aimer une telle personne ?

Je ne crains plus le sommeil. Peut-être de Meuré a-t-il décidé de m'accorder le repos. Loin de moi l'intention de l'en détourner.

Mes rêves d'Amélie me procurent une immense joie. Ma fille est une enfant débordant de gentillesse et d'intelligence, qui deviendra sans doute une femme merveilleuse. Quel dommage qu'elle n'existe que dans mes rêves… Non content de ne plus craindre le sommeil, je n'ai maintenant qu'une hâte : le voir arriver. Quelle fantastique transformation ! Si rien ne change, je tenterai bientôt de quitter le cercle.

À présent, je sais pourquoi j'ai rêvé pendant des semaines de cette enfant que je n'avais jamais eue : c'était son œuvre. Cette nuit, ma fille est morte. Elle a contracté une étrange maladie qui lui criblait tout le corps d'horribles furoncles purulents. Elle pleurait en me suppliant de l'aider, mais j'étais impuissant. Elle est morte dans mes bras. Je me suis réveillé trempé de sueur. Je ne suis plus qu'une épave, l'esprit en loques.

Trois mois se sont écoulés depuis la mort d'Amélie. Mon cœur se serre encore et d'horribles visions hantent chaque instant de mon existence. Je suis un aveugle qui aimerait ne rien avoir vu, car la cécité totale serait un soulagement face à ces visions d'effroi.

Je ne pourrai plus persévérer bien longtemps. Je ne suis plus qu'un vieillard profondément malheureux.

Voilà maintenant un an que je vis au sein du cercle magique. Le suicide occupe de plus en plus souvent mes pensées. Comme ce serait simple… Il me suffirait de sortir des runes…