Journal jauni

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Journal jauni
Tw3 book brown4.png
Lire pour en savoir plus.
Détails
Inventaire/
emplacement
Objets de quête / Livres
Catégorie
Objet ordinaire
Type
Autre
Source
Chaumière près du puits à Galetas
Prix de base
24 couronnes
Prix de vente
3 – 7 couronnes
Poids
0 poids

Quêtes associées[modifier | modifier le wikicode]

Entrée de journal[modifier | modifier le wikicode]

27 III 1250

Ça y est. Volker a intenté un procès contre le comte auprès de la cour de Wyzima, en fournissant la liste des torts qu'il nous a causés. Il leur a dit comment le comte a tué Johann parce qu'il ne retirait pas son couvre-chef assez vite, comment il a piétiné nos champs un jour où il était ivre sans daigner nous dédommager, et comment il a fait irruption au mariage de Pieter pour faire valoir son droit de cuissage. À présent, nous avons enfin obtenu ce que nous demandions à Melitele dans nos prières depuis si longtemps : le juge a reconnu nos griefs et aboli nos liens et devoirs envers le seigneur. Nous pouvons enfin travailler pour notre compte. Enfin, nous allons pouvoir vivre librement !

12 IV 1250

C'est notre premier jour de liberté. Galetas n'est pas encore tout à fait un village, mais pour moi, ça vaut mieux que le plus fantastique des palais. Volker a enfumé notre maison avec du bois de noisetier pour chasser le mal, et enterré une martre sous la porte pour qu'aucun voleur ne franchisse notre seuil. Ensuite, il m'a donné le plus beau des bracelets. Maman dit que c'est idiot de dépenser autant d'argent pour une babiole, alors qu'on n'a ni charrue ni houe, et qu'on ferait mieux de le rapporter au marchand. Il faudra d'abord me passer sur le corps ! Jamais je ne l'enlèverai. Il sera toujours là pour me rappeler Volker et notre bonheur ce jour-là.

23 IV 1250

Il paraît que le seigneur va venir nous voir. Il voudrait conclure un marché, nous prier de regagner le village. Il se serait calmé depuis la mort de son fils et serait moins prompt à se fâcher pour des broutilles. Eh bien, c'est ce qu'on verra. De toute façon, je n'ai pas l'intention de m'éloigner d'un pas d'ici.