Julia Abatemarco

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Julia Abatemarco
Identité
V.O.
Julia Abatemarco
Surnom(s)
Doux Étourneau
Espèce
Humaine
Statut
Titre(s)
Colonel
Affiliation(s)
Chats polissons, Compagnie libre
Occupation(s)
Condottiere
Famille
Conjoint(e-s)
Adam Pangratt

Julia Abatemarco, surnommée « Doux Étourneau », est une mercenaire et un membre de la Compagnie libre.

Apparence et caractère[modifier | modifier le wikicode]

Julia Abatemarco dans la saga[modifier | modifier le wikicode]

Dans La Dame du Lac[modifier | modifier le wikicode]

Elle, ainsi qu'Adam Pangratt, Lorenzo Molla et Juan Gutierrez, les « chats polissons », avaient été emprisonnés à Kovir, accusés de crimes politiques. Après que la bande soit libérée par le roi Esterad Thyssen, ils sont parti vers la Rédanie où ils ont formé l'unité de fortune connue au nom de la Compagnie libre.

Elle a participé aux batailles de Mayena et de Brenna, après lequelles, Adam « Adieu » Pangratt a demandé sa main en mariage, bien qu'il n'avait pas encore divorcé sa femme.

Julia Abatemarco après la saga[modifier | modifier le wikicode]

Julia Abatemarco dans The Witcher[modifier | modifier le wikicode]

Dans « The Witcher 2: Assassins of Kings »[modifier | modifier le wikicode]

The Witcher 2 
Avertissement « spoiler » : Des détails majeurs suivent.
Cliquez ici pour visualiser.

Avertissement « spoiler » : Des détails majeurs suivent.

Cliquez ici pour visualiser.[modifier le wikicode]

Dans le jeu, son sobriquet est « Petit Chaton ».

Si Geralt s'allie avec Vernon Roche, les deux sont pris en embuscade par Adam Pangratt et sa bande de mercenaires dans passage secret lorsqu'ils tentent d'entrer à Vergen. Une fois que Pangratt est à la merci de Geralt, le mercenaire explique que si le sorceleur lui permet de vivre, il partira aussitôt vers Tretogor où "sa Julia" qui est enceinte, l'attend. Pour cela, Vernon ajoute en riant : « Vous avez fait un enfant au Petit Châton ? Mes félicitations, Pangratt. Embrassez-la de ma part. »

Sous la plume de Sapkowski[modifier | modifier le wikicode]

Une voix de femme. Une femme sur un étalon moreau, en armure, les cheveux épars et le visage couvert de taches de sang. En compagnie de cavaliers cuirassés.
La Dame du Lac, page(s) ?

— Est-ce que j’ai la berlue ou quoi ? (Okultich fronça les sourcils.) C’est une… une bonne femme que je vois à la tête du deuxième bataillon ? Ces mercenaires guerroient sous le commandement d’une femme ?
— C’est bien une femme, confirma le lansquenet, mais pas n’importe laquelle. C’est Julia Abatemarco, que l’on surnomme Doux Étourneau ! C’est une sacrée guerrière, ça oui ! C’est sous son commandement que les condottieres ont écharpé les troupes des Noirs et des elfes à Mayen, en ne frappant que deux fois à cinq cents contre trois mille.

La Dame du Lac, page(s) ?

Soixante-cinq ans plus tard, interrogée sur cette fameuse journée, sur le carré avançant dans le champ de Brenna en direction de l’étang Doré, piétinant les cadavres de ses amis et de ses ennemis, la vieille femme sourit, creusant davantage les rides de son visage bruni et flétri comme un pruneau. Agacée, ou peut-être faisant simplement mine de l’être, elle agitait sa main osseuse tremblante et monstrueusement déformée par l’arthrite.
— Aucune des parties ne pouvait prendre le dessus. Nous, nous étions au centre du cercle. Eux, à l’extérieur. Et nous nous entre-tuions, tout bêtement ; ils nous attaquaient, nous les attaquions… Hé, hé… oui ! Eux contre nous, nous contre eux…
Elle fut prise d’une quinte de toux qu’elle eut du mal à maîtriser. Les gens de l’assistance qui se trouvaient tout près d’elle virent des larmes se frayer à grand-peine un chemin parmi les rides et les vieilles cicatrices dont ses joues étaient marquées.
— Ils étaient aussi courageux que nous, marmonna la petite vieille, celle qui fut jadis Julia Abatemarco, le Doux Étourneau de la Compagnie libre des condottieres. Hé, hé… Nous étions pareillement courageux. Nous autant qu’eux.
La petite vieille se tut. Un long moment. Personne n’osait l’encourager à poursuivre ; elle souriait tandis qu’elle se remémorait ses souvenirs. La gloire passée. Les visages de ceux qui étaient tombés dignement et qui s’estompaient dans la brume de l’oubli. Les visages de ceux qui avaient survécu dignement pour être lâchement achevés ensuite par l’alcool, la drogue ou la tuberculose.
— Nous étions pareillement courageux, acheva Julia Abatemarco. Aucun camp n’aurait pu l’être davantage. Mais nous… Nous, nous avons réussi à l’être une minute de plus.

La Dame du Lac, page(s) ?

— Julia ?
— Je t’écoute, Adieu.
— Épouse-moi. Deviens ma femme.
Doux Étourneau resta longtemps sans répondre, s’efforçant de revenir de sa surprise. La foule poussait des vivats. Le hiérarque de Novigrad, en sueur, happant l’air comme un énorme silure gras, bénissait de la tribune les citadins et le défilé, la ville et le monde.
— Mais tu es marié, voyons, Adam Pangratt !
— Je suis séparé. Je vais divorcer.
Julia Abatemarco ne répondit pas. Elle détourna la tête. Surprise. Décontenancée. Et très heureuse. Sans savoir pourquoi.

La Dame du Lac, page(s) ?


Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]