Kochtcheï

De Sorceleur Wiki
(Redirigé depuis Koshchey)
Aller à : navigation, rechercher
{{{caption}}}
Kochtcheï
Détails
V.O.
Kościej

Le Kochtcheï est un monstre possédant des articulations coudées et gauches des jambes d’une araignée. Un corps de six mètres de diamètre, plat comme une assiette, couleur de rouille et couvert d’excroissances piquantes. L'une de ses paires de pattes, la frontale, est d’une longueur disproportionnée et armée de puissantes pinces, hérissées d’aiguilles pointues et de corne.

Comme Sapkowski l'explique dans La Saison des orages, les animaux géants tels le kochtchaï ont été créés en des temps reculés par les mages Malaspina, Alzur et Idarran. Ils ont emporté leurs secrets dans leur tombe mais des mages ont par la suite essayé de reproduire leurs travaux, certains avec succès.

Kochtcheï dans la saga[modifier | modifier le wikicode]

Dans La Route d'où l'on ne revient pas[modifier | modifier le wikicode]

Un kochtchaï fut créé par l'ex-druide Fregenal en utilisant les sorts Triangle dans un triangle et La double croix d'Alzur dont il avait avait réussi à reconstituer la formule. Le monstre fut détruit par la magicienne Visenna avec un sort d'effet miroir, inverse du sort de création du monstre dont Fregenal avait été obligé de révéler la composition.


Sous la plume de Sapkowski[modifier | modifier le wikicode]

Korin regarda autour de lui. De derrière un éboulis de roches, éloigné de quelque cent pas, apparurent des pattes d’araignée aux articulations griffues et arquées. Puis, un corps d’au moins six mètres de diamètre, velu, couleur de rouille terreuse, plat comme une assiette et couvert d’excroissances épineuses, surgit du tas de pierres avec un cliquetis. Quatre paires de pattes avançaient calmement, en traînant un buste en forme de bol à travers l’éboulis. Une cinquième paire, disproportionnée, beaucoup plus longue, était armée de pinces hérissées d’un rang de pointes acérées et de cornes.
La Route d'où l'on ne revient pas, page(s) ?

[...]Le kochtcheï progressait dans sa direction, ses articulations grinçaient, ses pinces saillantes ratissaient l’herbe rare, faisaient crisser la pierre.
La Route d'où l'on ne revient pas, page(s) ?

Le kochtcheï était proche, les pattes largement étalées, les pinces dentelées ouvertes. Mikoula voyait les yeux du monstre qui se retournaient et, juste en dessous, ses mâchoires en demi-lune qui grinçaient. Le kochtcheï rampait et sifflait en rythme : « Tss, tss, tss… »
La Route d'où l'on ne revient pas, page(s) ?

Sans effort apparent, le kochtcheï souleva l’animal et le planta sur une flèche aiguisée qui pointait à l’avant de son corps. Les mandibules falciformes claquèrent, du sang éclaboussa les pierres, les entrailles fumantes du cheval jaillirent de son ventre entaillé.
La Route d'où l'on ne revient pas, page(s) ?

» À partir de petites créatures ordinaires, Malaspina, Alzur et Idarran, c’est prouvé, ont créé des géants, tels ces myriapodes, ces araignées, ces kochtcheïs et les diables savent quoi d’autre encore.
La Saison des orages, page(s) ?


Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]