L'histoire de Barrengarth

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher
L'histoire de Barrengarth
Tw3 book purple.png
Lire pour en savoir plus
Détails
Inventaire/
emplacement
Livres
Catégorie
Objet ordinaire
Type
Livre
Source
Chaumière avec l'herboriste à Barrengarth
Poids
0 poids

Entrée de journal[modifier | modifier le wikicode]

Il était une fois une jeune femme appelée Marlène et un jeune homme appelé Barthélemy. Barthélemy était si beau que toutes les jeunes filles n'avaient d'yeux que pour lui. Chacune au village, de la plus belle à la plus quelconque, rêvait de gagner ses faveurs.

Éblouie elle aussi par sa beauté, Marlène en tomba bientôt amoureuse et ses sentiments avaient la force que seul un premier amour peut leur donner. Ils étaient si profonds que Marlène comprit qu'elle ne pourrait jamais vivre sans Barthélemy. Malheureusement pour elle, Barthélemy avait alors déjà pris femme et était devenu le père d'un jeune garçon.

Marlène refusa de se laisser abattre pour autant et mit tout en œuvre pour convaincre Barthélemy qu'elle était le véritable amour de sa vie. Elle finit par parvenir à ses fins, car les femmes sont douées du don de persuasion et beaucoup d'hommes succombent à leurs prières.

L'épouse de Barthélemy refusa, elle, d'accepter ce revirement, mais Marlène trouva aussi une solution à ce problème.

Marlène convainquit Barthélemy de se débarrasser de sa femme une bonne fois pour toutes, et il lui trancha donc la tête. Tout se serait bien terminé et les jeunes amants auraient pu vivre heureux s'il n'y avait eu un témoin du crime : le fils de cinq ans de Barthélemy. Marlène ne vit d'autre solution que de convaincre Barthélemy, devenu depuis son légitime époux, d'éliminer son enfant comme sa mère et de l'enterrer à côté de son corps, pour qu'ils reposent ensemble pour l'éternité.

Cependant, Barthélemy se regimba cette fois et refusa de faire ce que Marlène lui demandait. "C'est une chose de tuer ma femme, mais tu voudrais que je tue mon enfant, le fruit de mes entrailles ?" lui demanda-t-il. Il ne changea d'avis que lorsque l'enfant se mit à parler et à répéter haut et fort ce qu'il avait vu. Et même si Barthélemy ne pouvait pas lever la main sur son premier enfant, il trouva une autre façon de résoudre le problème. Pendant que le garçon dormait, il se glissa dans sa chambre, le souleva et le plaça dans un cercueil, qu'il enterra ensuite sous le pommier de la cour.

À partir de ce jour, des choses étranges commencèrent à se produire près de la demeure du couple. Les arbres perdirent leurs feuilles et cessèrent de donner des fruits. Les gens vivant à proximité furent hantés par d'affreux cauchemars. Un à un, ils fuirent leurs maisons et leurs fermes, jusqu'à ce que Marlène et Barthélemy se retrouvent seuls.

Un jour, Marlène rêva que le garçon s'était réveillé dans son cercueil sous le pommier et se mit à pleurer. Elle désirait avoir un enfant et les rêves de ce genre la troublaient énormément. Elle prit donc une pelle et déterra le cercueil. À l'intérieur, elle trouva le corps de l'enfant, mais ses bras et ses jambes avaient disparu. Elle pensa que la faim avait poussé le pauvre garçon à se les ronger avant de mourir. La vue du torse mutilé de l'enfant terrifia tant Marlène qu'elle renfouit immédiatement le cercueil et n'en parla jamais à son mari.

Ils vécurent ensemble encore de nombreuses années, mais n'eurent jamais une vie heureuse. Barthélemy avait changé. Il cessa peu à peu de chérir Marlène, puis s'arrêta de parler. Il se pendit une nuit de solstice d'été, en laissant sa femme seule avec ses rêves. Avant de mourir, Marlène déterra une seconde fois le cercueil de l'enfant. Personne ne sait où elle alla ni ce qu'elle en fit. Leurs terres restent désertes depuis lors. Aucune plante n'y pousse et aucun oiseau n'y chante.

Wilhelm et Jacques G.