La Source corrompue

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher

La Source corrompue

La Source corrompue est un manuscrit écrit par Tissaia de Vries qui prétend répondre aux questions : est-ce qu'un individu nait ou non magicien, les magiciennes et les magiciens devraient-ils se reproduire ?

Extrait[modifier | modifier le wikicode]

La Source corrompue

« Nul ne peut naître magicien. Nos connaissances dans les domaines de la génétique et les mécanismes de l'hérédité sont encore bien trop insuffisante. Nous consacrons trop peu de temps et de moyens à la recherche. Par malheur, des essais de transmission génétique des aptitudes magiques s'opèrent toujours d'une manière que je qualifierais de naturelle. Quant aux résultats de ces pseudo-expérimentations, ils sont bien souvent visibles dans les ruisseaux des villes ou au pied des temples. Nous voyons et rencontrons bien trop de débiles mentales et de catatoniques, de prophètes, d'oracles, de diseuses de bonne aventure ou de faiseurs de miracles se bavant et se pissant dessus, nous croisons bien trop de crétins au cerveau dégénéré par le Pouvoir qu'ils ont hérité et qu'ils ne contrôlent pas.

Ces débiles mentaux et ces abrutis peuvent eux aussi avoir une descendance, lui transmettre leurs aptitudes qui continueront à dégénérer. Qui serait en mesure aujourd'hui de prédire et de définir ce à quoi ressemblera le dernier maillon de cette chaîne.

Nous, les magiciens, perdons pour la plupart nos capacités de procréation à cause de variations somatiques et de troubles de fonctionnement de l'hypophyse cérébrale. Certains — certaines dans la majeure partie des cas — s'adaptent à la magie et préservent le potentiel de leurs gonades. Ils peuvent concevoir et mettre au monde une géniture — et ils ont l'insolence de considérer cela comme un bonheur et une bénédiction. Alors que moi, je n'ai de cesse de le répéter : nul ne peut naître magicien. Et nul ne devrait naître magicien ! Consciente de la gravité de mon propos, je réponds à la question qui a été posée lors de notre Congrès à Cidaris. J'y réponds avec fermeté : chacune de nous doit choisir qui elle souhaite devenir — une mère ou une magicienne.

J'exige donc que soit stérilisées toutes les adeptes. Sans exception. »
Le Sang des Elfes, page(s) 285