La guerre civile à Toussaint

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher
La guerre civile à Toussaint
Tw3 book brown3.png
Lire pour en savoir plus.
Détails
Inventaire/
emplacement
Autres objets
Catégorie
Objet ordinaire
Type
Livre
Source
Butin / Achat
Prix de base
10 couronnes
Prix de vente
2 – 3 couronnes
Prix d'achat
24 couronnes
Poids
0 poids

Copies of this book can be purchased from the Camerlingue ducal. Other copies can be found at the following locations:

Entrée de journal[modifier | modifier le wikicode]

En 781 prit fin définitivement le règne des elfes à Toussaint. Une ère qui avait duré plus de 1500 ans s'acheva enfin.
Les elfes abandonnèrent leurs cités d'ivoire pour se rendre dans les montagnes, en emportant tout ce qu'ils pouvaient et en détruisant le reste. Tout ce qu'ils ne purent emporter, détruire ou brûler, ils le maudirent.
Divethaf, le dernier souverain elfe, qui avait vu le monde tourner pendant plusieurs siècles mais ressemblait toujours à un ravissant jeune homme, était vaincu. Pleurant l'armée défaite de ses frères et sœurs à la jeunesse éternelle, il accepta de rendre hommage à Ludovic, le premier roi humain de Toussaint (qui, il faut lui rendre justice, n'était pas un vieillard, mais un type rabougri et affreux comme tout après Saovine).
Se donnant de grands airs, Ludovic se vanta : "Regardez-le ! Cet elfe fier va s'incliner devant moi et baiser humblement mes pieds royaux !" Pour humilier encore plus Divethaf, Ludovic décida que l'hommage aurait lieu dans le palais fraîchement abandonné du roi elfe. Le trône, où était à présent avachi effrontément Ludovic, portait des traces récentes du feu allumé par les elfes, qui avaient tenté d'incendier tout le palais avant leur départ.
Le fier roi des elfes s'inclina donc devant le roi humain et lui offrit le sacrifice du pain et du vin, ainsi que son épée et son bouclier.
Non sans moqueries, Ludovic accepta l'hommage, puis ordonna aussitôt à ses gardes de traîner Divethaf hors du palais et de le jeter au bas de l'escalier comme un vulgaire mendiant.
Les témoins racontèrent que l'elfe fier garda son calme tout du long, mais qu'une fois seul, il essuya le sang sur son visage et jura d'exercer une cruelle vengeance contre le roi. Une vengeance qui serait aussi froide que le cœur du monarque.
Cependant, Divethaf n'eut pas le temps de mettre à exécution ses menaces, car en 782, avant que l'hommage ne soit renouvelé, il poussa son dernier soupir aux côtés de ses derniers soldats, les habitants de Toussaint ayant décidé de commémorer la reddition du souverain elfe en perpétrant un pogrom contre les non-humains sous les pentes de la Gorgone. Peu d'elfes en réchappèrent.