Le dernier vœu (livre dans le jeu)

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Icon disambig.svg Cet article est au sujet de l'objet dans le jeu. Pour la première collection de nouvelles de Sapkowski, voir Le Dernier Vœu. Pour la nouvelle, voir Le dernier vœu (nouvelle).

Dans « The Witcher 3: Wild Hunt »[modifier | modifier le wikicode]

Le dernier vœu
Tw3 book brown.png
Lire pour en savoir plus.
Détails
Inventaire/
emplacement
Livres
Catégorie
Objet ordinaire
Type
Livre
Source
Butin / Achat
Prix de base
10 couronnes
Prix de vente
1 – 3 couronnes
Prix d'achat
30 couronnes
Poids
0.26 poids

Entrée de journal[modifier | modifier le wikicode]

L'homme a besoin de trois choses pour vivre : le boire, le manger et le racontar. Rien d'étonnant à ce que, où que j'aille, d'un Poviss pris par les glaces à un Toussaint verdoyant, l'on m'inonde de questions sur la passion qui unit Geralt à la magicienne Yennefer de Vengerberg. En tant qu'homme de nature prudente et discrète, je me refuse à trahir leurs secrets… à une exception de taille près. L'histoire de leur première rencontre est si rocambolesque, émouvante et romantique que ce serait pécher de la garder sous le boisseau. En vérité, n'eus-je assisté moi-même aux événements ci-après qu'une telle merveille m'aurait paru suspecte en ce monde terne et hostile.

Tout commença alors qu'avec l'ami Geralt, souffrant d'une légère fringale mais peu encombrés par quelque bourse rebondie, nous décidâmes de taquiner le poisson dans un lac voisin. Nulle carpe dodue ne mordit, mais nous fîmes quand même une touche : mon hameçon ferra un adorable récipient. Faisant fi des mises en garde de mon ami, j'ouvris l'amphore… et libérai un puissant djinn.

Sans trop réfléchir, je débitai mes souhaits. Mais avant que j'arrive à trois, le djinn, irrité d'être sollicité si peu de temps après son réveil, entreprit de m'étrangler. Geralt parvint à le repousser, mais je me trouvais déjà en piteux état. J'agis alors, me raconta par la suite le sorceleur, comme sous l'emprise de quelque malédiction. D'évidence, l'aide d'un expert en magie s'imposait.

La bonne fortune voulut que Yennefer de Vengerberg résidât dans le village voisin. Geralt l'implora de guérir son meilleur ami, plus brillante étoile au firmament des poètes du Nord. Yennefer, elle, s'intéressait surtout au djinn qu'elle comptait asservir. Disons-le sans détour, elle se joua du sorceleur comme d'une mandoline. Au lieu de nourrir un légitime ressentiment après s'être fait manipuler, il tomba désespérément amoureux.

La suite… sans entrer dans les détails, disons que le djinn goûtait peu les intentions de Yennefer. Peu coopératif, il refusa de se laisser dompter. La magicienne aurait connu une fin tragique, et tout le village avec elle, sans l'intervention du sorceleur. Pour une fois, il n'eut pas besoin de ses deux glaives : pour envoyer le djinn paître, il lui suffisait de formuler le troisième et dernier vœu. Il aurait pu tout demander, or, gloire, pouvoir… mais choisit de lier son destin à celui de la magicienne de Vengerberg, aussi arrogante que fascinante.
Julian Alfred Pankratz, vicomte de Lettenhove, né en 1232. Poète, dramaturge et troubadour aux maintes récompenses. Hôte fréquent à la cour de Niedamir, Vizimir, Venzlav et maints autres seigneurs. Diplômé de l'académie d'Oxenfurt.


Dans The Witcher[modifier | modifier le wikicode]

Le dernier vœu
Books Generic wolf motif.png
Le dernier vœu
Détails
Type
Livre
Source
voir Localisation
Prix d'achat
800 orin(s)
Prix de vente
160 orin(s)
ID
it_scroll_314

Un traité sur les génies élémentaires.

Contenu[modifier | modifier le wikicode]

Le dernier vœu
Cet ouvrage traite principalement des génies du Feu, les iphrites.

Entrées de journal[modifier | modifier le wikicode]

Bestiaire:
Ingrédients:

Localisation[modifier | modifier le wikicode]