Les conflits nordiens, volume II

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Les conflits nordiens, volume II
Tw3 book purple.png
Dépeint les guerres entre Nilfgaard et royaumes du Nord du point de vue nilfgaardien.
Détails
Inventaire/
emplacement
Livres
Catégorie
Objet ordinaire
Type
Livre
Poids
0 poids


Entrée de journal[modifier | modifier le wikicode]

Empire et Nord croisèrent une nouvelle fois le fer entre 1267 et 1268. Les exactions magiques se multipliant à Thanedd, le Nilfgaard ne pouvait pas rester les bras croisés et laisser le Nord semer la destruction magique. L'armée impériale s'empara de la Lyrie sans coup férir. Après quelques sièges expéditifs, nos troupes prirent Riv et Vengerberg, saluées chaque fois par les vivats d'une population avide de paix et de civilisation. Elles marchèrent ensuite sur Aedirn.

(…) Le roi Demavend échoua à contrecarrer l'avancée triomphale du soleil d'or, ses troupes furent repoussées jusqu'à la vallée du Pontar et Dol Blathanna.

(…) La reine Meve entreprit de former des bandes composées de brigands et coupe-jarrets, engeance dont le Nord n'est jamais à court.

(…) Dans un acte de fourberie typique du Nord, le roi Henselt signa une paix séparée avec l'Empire dans le dos de ses alliés, menant à la partition d'Aedirn.

(…) Dans un geste de bienveillance suprême, Sa Majesté impériale créa la nation elfe de Dol Blathanna, forgeant ainsi un rempart de tolérance à opposer aux odieuses lois racistes des Nordiens.

Le roi Foltest de Temeria conclut une trêve avec les armées impériales. Mais la parole nordienne s'avéra aussi fuyante que la neige qui fondit lors de ce printemps-là. La trêve dura seize jours avant d'être bafouée. La bêtise crasse de Foltest conduisit au massacre de Brugge, puis à une série de batailles sanglantes dans la vallée de la Iaruga. Confronté à une violence aveugle, l'état-major impérial préféra mettre un terme au bain de sang en opérant un repli sur Sodden.

Hélas, l'avidité de Foltest conduisit à la reprise des hostilités sitôt le printemps venu. Leur point culminant fut la Bataille de Brenna, où nos régiments héroïques firent face à une armée combinant les forces de Redania et de Temeria. À ce jour, le Nord considère cette bataille comme un tournant de la guerre. Inutile de polémiquer là-dessus : l'important reste que cette bataille opposa deux stratégies, l'une honorable, présentée par l'état-major impérial, l'autre bâtie sur la fourberie et le subterfuge, conduite par les Nordiens.

Son Altesse impériale prit conscience de la tournure des événements. Les armées nordiennes recouraient à la politique de la terre brûlée, sans égard pour les souffrances de la population. Dégoûté et se refusant à prendre part à pareille guerre totale, le Nilfgaard fit refluer ses armées au sud, ce que le Nord obtus interpréta comme une défaite.

(…) Grâce à la médiation de l'empereur, un armistice fut rédigé puis signé à Cintra, mettant un terme à la Deuxième Guerre nordique.

Voir aussi[modifier | modifier le wikicode]