Lettre d'Aweagnial

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Lettre d'Aweagnial
Tw3 scroll1.png
Vieille lettre en lambeaux écrite en langue ancienne.
Détails
Inventaire/
emplacement
Livres
Catégorie
Objet ordinaire
Type
Autre
Source
Next to skeleton deep inside the Ruines du palais de Termes.
Prix de base
couronnes
Prix de vente
couronnes
Poids
0 poids

This letter is found near 3 schémas: Schéma : épée en acier de l'École du Loup de grand maître, Schéma : épée en argent de l'École du Loup de grand maître et Schéma : gantelets de l'École du Loup de grand maître.

Quête associée[modifier | modifier le wikicode]

Entrée de journal[modifier | modifier le wikicode]

Moi, Aweagnial, vous écris ce message, frère elfe d'un autre temps, pour garantir que le souvenir de notre triste destin ne disparaîtra pas.

Après nombre de tentatives vaines, ces traîtres de dh'oine ont fini par atteindre le roi Divethaf et transpercer sa chair de leur acier. Les breuvages curatifs des médecins de la cour se sont avérés inefficaces et le roi Divethaf n'a pas passé la nuit. À ce moment-là, notre moral, déjà très éprouvé lors du siège de plusieurs semaines, était au plus bas. Toutefois, pouvions-nous laisser le corps de notre chef tomber entre les mains des dh'oine ? Les laisser ficher sa tête au bout d'une pique ?

Le mage Barrfhionn n'a pas eu besoin d'y réfléchir très longtemps. La place du roi est dans la crypte de sa famille, à Cyttorhak. Je faisais partie des volontaires qui ont transporté le corps du palais à travers les souterrains.

J'ignore comment, mais les dh'oine ont suivi notre piste et nous ont attaqués dans le temple. Après une courte bataille, nous avons pris une décision unanime. Barrfhionn partirait et fermerait l'entrée des cryptes derrière lui. Nous resterions derrière pour placer le roi dans sa tombe. Le mage a hésité un instant, mais savait que le palais tomberait sans son soutien. Il est parti en jurant de revenir rapidement, une fois que nos troupes auront repoussé les dh'oine avec l'aide du général Saempolinh, dont l'armée devrait nous rejoindre d'un jour à l'autre. [reste de la lettre illisible]