Mamoune

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher

Les mamounes[N 1] sont mentionnés par les villageois de Posada-le-Haut. Selon eux, les mamounes et les errautours empêcheraient les paysans de rentrer chez eux quand ils sont soûls. [1].

Sous la plume de Sapkowski[modifier | modifier le wikicode]

Les minutes qui suivirent virent une interminable énumération des monstres qui gâchaient la vie des croquants de la région par leurs actes ignobles ou même par le simple fait de leur existence. Geralt et Jaskier apprirent ainsi qu’il existait des errautours et des fées mamounes qui empêchaient les braves paysans de rentrer chez eux quand ils étaient soûls. On leur parla aussi d’une volage qui volait et buvait le lait des vaches, d’une tête sur des pattes d’araignée qui courait dans la forêt, de vaillages qui portaient des petits bonnets garance et d’un brochet inquiétant qui arrachait le linge des mains des femmes qui lavaient à la rivière et qui, un jour ou l’autre, s’en prendrait aux femmes elles-mêmes. Comme à l’accoutumée, on ne manqua pas de citer dans toute cette énumération la vieille Naradkova, qui la nuit, volait sur un tisonnier, et le jour, expulsait les fœtus. On cita aussi un meunier qui coupait sa farine avec de la poudre de gland, et un certain Duda, qui avait parlé du régisseur du roi en le traitant de voleur et de voyou.
Le Dernier Vœu, page(s) 165

—Mais, mes mignons, c’est Saovine, voyons! Quelle musique, quels chants? Faut pas! La musique de Saovine, c’est le vent, là, derrière la fenêtre! Ce sont les loups-garous qui hurlent et les vampires, les mamounes qui se lamentent et gémissent, les goules qui grincent des dents! Sans oublier la plainte de la beann’shie, et son cri, qui annonce à celui qui l’entend une mort prochaine. Chaque mauvais esprit quitte sa cachette, les sorcières s’envolent pour leur dernier rassemblement avant l’hiver! Saovine est la nuit des grandes peurs, des revenants et des apparitions! Pas question d’aller au bois, au risque de te faire mordre par l’esprit des forêts! Pas question de traverser l’ossuaire, au risque de te faire empoigner par un macchabée! D’ailleurs, mieux vaut ne pas sortir de chez soi et, pour plus de sécurité, planter sur le seuil un couteau en fer neuf, le Mal n’osera pas passer par-dessus. Les matrones devront bien surveiller leurs marmots, car une roussalka ou une pleureuse pourrait les enlever la nuit de Saovine, et glisser en douce à leur place des êtres étranges et laids. Et mieux vaut pour une femme enceinte qu’elle ne sorte pas de chez elle du tout, car la sorcière de la nuit pourrait ensorceler le fœtus dans son ventre! Au lieu d’un enfant, c’est d’une strige aux dents de fer qu’elle accoucherait...
La Tour de l'Hirondelle, page(s) ?


Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Les mamounes décrits dans la trilogie Hussite d'Andrzej Sapkowski sont une véritable race humanoïde. Ils sont très petits, avec une tête allongée en forme d’œuf, des cheveux raides, le nez crochu, des yeux globuleux traversés de petites veines rouges et d'énormes oreilles. Il sont très doués pour le ventriloquisme, capables de faire apparaitre leur voix de n'importe quel endroit des environs. Pour s'amuser, ils utilisent souvent cette faculté pour tromper les voyageurs jusqu'à ce que la farce cesse de les amuser. L'un des mamounes les plus célèbres est Jon Malevolt, un anarchiste aux cheveux rouges, sympathisant des Hussites et utilisateur de magie.

Références[modifier | modifier le wikicode]