Hi Gamepedia users and contributors! Please complete this survey to help us learn how to better meet your needs in the future. We have one for editors and readers. This should only take about 7 minutes!

Manticore

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher
{{{caption}}}
Manticore
Détails
V.O.
Mantikora

La Manticore est une bête énorme avec le corps d'un lion, les ailes d'une chauve-souris et une queue de scorpion. On dit que ces bêtes peuvent utiliser le poison du Bohun Upas et qu'elles ont tués cent fois plus de personnes que les dragons. Dans sa jeunesse, Geralt s'était battu avec une manticore. Il en avait également tué une pendant la guerre contre Nilfgaard, en allant vers Dorian.

Sous la plume de Sapkowski[modifier | modifier le wikicode]

Je cherchais des informations : « On demande un sorceleur de toute urgence ». Ensuite, je découvrais le plus souvent un bois sacré, une prison souterraine, une nécropole ou des ruines, un ravin dans la forêt, ou une grotte, dans les montagnes, pleine d'ossements et de charognes nauséabondes. Là, demeurait un être qui ne vivait que pour tuer. Poussé par la faim, pour le plaisir, esclave de la volonté maladive de quelqu'un ou pour d'autres motifs encore : une manticore, une wyvern, un brouillardier, une aeschen, un rynchote, un chimère, une goule, un vampire, un graveir, un loup-garou, un gigascorpion, une strige, une mangeresse, une kikimorrhe, une vyppère. Suivaient une danse dans l'obscurité et un coup de glaive.
Le Dernier Vœu, page(s) 177 – 178

— Un terrible mangeur d'hommes a fait son apparition par ici, fiston. Il s'est jeté sur un chevalier qui voyageait seul avec son valet. Paraît que le monstre lui a arraché la tête, au chevalier, en même temps que son heaume, et qu'il a vidé les entrailles de son cheval'[...]
'Un dragon ?'
'Non, pas un dragon, dit le second vieillard au chapeau de paille. On raconte que c'était une manticore, ou quelque chose comme ça. Le valet disait que c'était une bête sauvage, terriblement grande et qui volait. Et enragée, avec ça ! Y s'disait , elle va manger le chevalier et elle va s'envoler. Penses-tu ! Elle s'est assise en plein milieu de la route, la chienne, et elle est restée là à chuinter à montrer ses belles dents...

Le Temps du Mépris, page(s) 18

Aplegatt se dressa sur ses étriers. Malgré l’obscurité grandissante et les curieux qui se pressaient, il distingua l’énorme masse soulevée par les soldats. Les ailes de chauve-souris et la queue de scorpion du monstre traînaient par terre, inertes. Criant en chœur, les soldats soulevèrent un peu plus la dépouille et la firent retomber dans la charrette. Les chevaux attelés à la voiture, inquiets sans doute à cause de la charogne et perturbés par sa puanteur, hennirent et tirèrent le timon.
Le Temps du Mépris, page(s) 19

— Alors voilà, commença rapidement le garçon qui allait au pas à côté de l’attelage, le sorceleur en question vient voir le commandant militaire. Y dit qu’y s’nomme Gérant. Sur ce, le commandant lui répond qu’y peut s’nommer comme il veut, mais qu’y ferait mieux de s’mettre au boulot. Et il lui indique où s’trouve la bête. Le sorceleur s’approche un peu plus, et y r’garde vite fait. Il était bien à cent vingt pas du monstre, ou peut-être même plus, mais il a juste j’té un coup d’œil de loin, et il a dit tout de suite qu’c’était une manticore exceptionnellement grande, et qu’il la tuerait si on l’payait pour ça deux cents couronnes.
— Deux cents couronnes ? dit le deuxième vieux d’une voix étranglée. Il a complètement perdu la boule ou quoi ?
— C’est c’que m’sieur l’commandant lui a répondu, sauf qu’il a été un peu plus grossier. Et le sorceleur, y répond qu’c’est son prix, et qu’lui ça lui est égal, le monstre peut bien rester au milieu de la route même jusqu’au jour du jugement dernier ! Alors l’commandant, y dit qu’y paiera pas une somme pareille, qu’il aime mieux attendre que la bête s’envole toute seule. « Le monstre ne partira pas, parce qu’il a faim et qu’il est furieux », qu’y lui répond alors le sorceleur. Et que même s’il s’envole, il reviendra aussitôt, parce que c’est son terro… terroi… territo… de chasse. — Arrête tes trilles, morveux ! s’énerva le vieux postillon. (Il tentait, sans succès visiblement, de se moucher dans ses doigts, ceux qui, par ailleurs, tenaient les rênes.) Raconte seulement comment c’était !
— Ben, c’est c’que j’fais ! Le sorceleur a dit : « Le monstre ne s’envolera pas, et toute la nuit il va déguster le chevalier qu’il a tué, tranquillement, parce que le chevalier étant en armes, c’est pas facile de l’attaquer de l’intérieur. » Sur ce, les marchands viennent voir le sorceleur, y z’entreprennent aussitôt de l’convaincre, et patati, et patata, qu’y vont faire une quête et qu’y lui donneront cent couronnes. Et l’sorceleur leur répond que la bête, c’est une manticore, et qu’elle est très dangereuse, alors leurs cent couronnes, ils peuvent se les mettre où je pense, y va pas risquer sa tête. Alors le commandant se met en colère et y dit qu’c’est pourtant bien le sort des chiens et des sorceleurs de risquer leur vie, et que l’sorceleur était là tout pile pour ça, comme le cul est fait pour chier. Et les marchands, ça se voyait, y z’avaient peur que l’sorceleur se fâche aussi et qu’y décampe, parce qu’y s’étaient mis d’accord pour cent cinquante. Alors le sorceleur a dégainé son épée et, en suivant le chemin, y s’est dirigé vers l’endroit où était assis le monstre. Et l’commandant a fait semblant de lui j’ter un sort et a craché par terre, puis il a dit qu’on s’demandait bien pourquoi y avait sur terre de tels originaux diaboliques. Du coup, y a un des marchands qui a répliqué que si, au lieu de chasser les elfes dans la forêt, l’armée traquait les monstres, on n’aurait pas besoin des sorceleurs, et que…
— Fabule pas, l’interrompit le petit vieux, mais raconte un peu c’que t’as vu.
— Moi, j’ai surveillé son cheval, au sorceleur, se vanta le garçon, une petite jument alezane avec une liste blanche.
— Un chien qui prend soin d’une jument ! Et comment le sorceleur a tué le monstre, tu l’as vu ?
— Euh…, balbutia le garçon. Non, je l’ai pas vu… On m’a repoussé en arrière. Ils ont tous commencé à brailler très fort, et les chevaux se sont affolés, alors…
— Je l’avais bien dit, fit le grand-père, méprisant, que c’était de la merde qu’il avait vu, c’est qu’un morveux.
— Mais quand il est revenu, j’l’ai vu, le sorceleur ! s’enflamma le garçon. Et le commandant, qui avait tout regardé, il avait le visage tout pâle, et y disait tout bas aux soldats que c’étaient des sortilèges magiques, ou bien des trucs d’elfes, qu’un homme normal ne saurait pas se servir aussi vite de son glaive… Et puis après, le sorceleur a pris l’argent des marchands, il a sauté sur sa jument et il est parti.

Le Temps du Mépris, page(s) ?


Notes[modifier | modifier le wikicode]

  • Dans The Witcher 2, Geralt se rappelle s'être battu contre une manticore impériale pendant un de ses flash-backs, pendant sa poursuite de la Chasse Sauvage.
  • La manticore est le plus souvent décrite comme un monstre ayant le corps d'un lion, généralement à fourrure rouge ou brun rougeâtre, la tête d'un humain couleur de sang, souvent avec des cornes, des yeux bleus ou jaunes et trois rangées de dents allant d'une oreille à l'autre, ainsi qu'une queue de scorpion1 ou de dragon. Elle est parfois dotée d'ailes de chauve-souris, mais sa principale caractéristique est sa capacité à projeter des dards venimeux pour immobiliser sa proie (le poison est incurable).