Mayena

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher

Forteresse

Mayena[N 1]est une forteresse de Temeria.

Sous la plume de Sapkowski[modifier | modifier le wikicode]

— Qui aurait pu penser, ajouta le comte en se rembrunissant, que les choses en arriveraient là. Verden a rendu les armes devant Emhyr, Brugge est pratiquement battue, Sodden est en feu… Et nous, nous reculons, nous reculons sans cesse… Pardon, je voulais dire que nous effectuons une manœuvre tactique. Les Nilfgaardiens brûlent et pillent tout ce qu’ils trouvent sur leur passage, ils ont quasiment atteint l’Ina, il s’en faut de peu maintenant qu’ils encerclent les forteresses de Mayen et Razwan ; quant à l’armée témérienne, elle poursuit toujours cette manœuvre…
Le Baptême du Feu, page(s) ?

— Là-bas. (Le barbier désigna les petits points scintillants qui correspondaient aux feux de camp.) C’est là que se trouve le fort d’Armérie, présentement le camp d’avant-poste des armées témériennes concentrées à Mayen.
Le Baptême du Feu, page(s) ?

— Ainsi, au jour du 26 octobre l’état des lieux est le suivant : Brugge et Sodden sont occupés. Les forteresses de Razwan et Mayen sont tombées. L’armée de Témérie, battue lors de la bataille de Maribor, refoulée vers le nord. Maribor est encerclé. Il tenait encore ce matin. Mais la soirée est déjà bien avancée, Dijkstra.
La Tour de l'Hirondelle, page(s) ?

[...]Pour cette raison, il retarda l’offensive du groupe armé “Centre”, car le groupe “Verden”, au lieu d’exécuter le plan initial, c’est-à-dire fermer l’aile aux Nordlings, paralysa Menno Coehoorn. Les Nordlings profitèrent aussitôt de la situation et contre-attaquèrent, brisant l’anneau autour de Mayen et Maribor, privant ainsi Nilfgaard de la moindre chance de reconquérir rapidement ces forteresses d’une importance capitale.
La Dame du Lac, page(s) ?

— La Compagnie libre, répéta le lansquenet. Regardez bien, bande de culs-terreux et de blancs-becs, à quoi ressemblent de véritables soldats. Eux ont déjà connu le combat ; ce sont eux, les condottieres, qui constituent l’escorte à cheval d’Adam Pangratt, de Molla, de Frontino et d’Abatemarco ; ce sont eux qui, à Mayen, ont fait la différence ; c’est grâce à eux que l’anneau nilfgaardien a été rompu ; si la forteresse a été libérée, c’est à eux qu’on le doit.
La Dame du Lac, page(s) ?

— C’est bien une femme, confirma le lansquenet, mais pas n’importe laquelle. C’est Julia Abatemarco, que l’on surnomme Doux Étourneau ! C’est une sacrée guerrière, ça oui ! C’est sous son commandement que les condottieres ont écharpé les troupes des Noirs et des elfes à Mayen, en ne frappant que deux fois à cinq cents contre trois mille.
— J’ai entendu dire que cette victoire n’avait pas servi à grand-chose, intervint Brocheton. (Il parlait d’une voix étrange où se mêlaient une obséquiosité libidineuse et une profonde irritation.) Que les ducats dépensés pour les mercenaires étaient de l’argent jeté par les fenêtres. Que Nilfgaard s’était vite repris et avait attaqué les nôtres en leur infligeant une sacrée raclée. Et qu’il avait de nouveau encerclé Mayen. Peut-être qu’il a déjà conquis la forteresse ? Peut-être même qu’il se dirige déjà par ici et qu’il sera là d’un jour à l’autre ? Peut-être que ces condottieres vénaux ont déjà été achetés depuis belle lurette par l’or nilfgaardien ? Et peut-êt…

La Dame du Lac, page(s) ?


Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

Notes[modifier | modifier le wikicode]

  1. Caroline Raszka-Dewez a traduit "Mayena" en "Mayen". C'est une erreur comme le a à la fin n'est pas une déclinaison.

Références[modifier | modifier le wikicode]