Message d'adieu d'Eadberht

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Message d'adieu d'Eadberht
Tw3 scroll3.png
Lire pour en savoir plus
Détails
Inventaire/
emplacement
Livres
Catégorie
Objet ordinaire
Type
Autre
Source
Cadavre dans la crypte de la Vieille chapelle à Brunwich
Prix de base
couronnes
Prix de vente
couronnes
Poids
0 poids

Quête associée[modifier | modifier le wikicode]

Entrée de journal[modifier | modifier le wikicode]

Il ne me reste rien. Absolument rien. Tout ce que je peux encore faire, c'est raconter l'histoire triste et horrible de ma famille, puis rendre l'âme moi aussi, dès que j'aurai fini d'écrire cette lettre.

Cela ne semble plus qu'un rêve lointain, mais nous avons été heureux. Ma ravissante femme, Ornesta, et moi. Notre mariage fut grandiose, tout comme le festin qui s'ensuivit, et notre chère Mildburga vit le jour un an plus tard. Les gens louèrent la beauté de la petite, qu'ils disaient le portrait craché de sa mère. Ornesta se fâchait quand les gens parlaient ainsi, mais je n'y prêtais alors pas attention. Bientôt, notre famille s'est agrandie. Il y eut d'abord Matilda, puis Ethel nous rejoignit. C'étaient deux petits anges. Mais Ornesta… eh bien, je n'oublierai jamais ce soir-là. Elle était assise et peignait ses longs cheveux noisette, tandis que les filles pleuraient à chaudes larmes. Je lui ai dit : "Chérie, je crois que les petites ont faim." C'est là qu'elle s'est emportée contre moi pour la première fois. Elle m'a dit qu'elles n'avaient pas le droit d'avoir faim, qu'elles lui avaient volé sa beauté et sa jeunesse et que cela devrait suffire à les nourrir…

J'aurais dû comprendre alors. J'aurais dû deviner que la folie s'était emparée de l'esprit de ma bien-aimée, et qu'elle s'enfonçait un peu plus chaque fois qu'on la complimentait pour la beauté de ses filles. Année après année, nos filles grandirent et leur charme s'accentua. Cependant, le temps est moins doux avec les plus âgés et il n'épargna pas Ornesta de sa cruauté, emportant l'éclat de sa peau et faisant faner sa jeunesse.

Une nuit, j'ai été réveillé par la lueur sinistre de la lune. J'ai fouillé la hutte du regard pour m'apercevoir qu'elle était vide. J'ai alors couru jusqu'à la porte et suivi des traces de pieds nus, menant au cimetière près de la chapelle. En voyant ça, mon cœur s'est soulevé…

Je les ai découvertes, toutes les trois, étendues près de la fontaine. Si je n'avais pas été leur père, je ne les aurais jamais reconnues. De profondes entailles lacéraient leur beau visage. Des lambeaux de peaux et des bouts de chair étaient éparpillés partout… Alors que je contemplais cette boucherie, j'eus le sentiment que l'on m'observait. Et je ne me trompais pas. Ornesta était plantée là, sur un tabouret près d'un arbre. Une corde était passée autour de son cou, lui faisant une sorte de collier démoniaque. "Elles me l'ont prise, ce que j'avais de plus cher, je n'ai plus rien", a-t-elle lancé juste avant de sauter.

Elle est morte. Mon Ornesta. Et mes trois filles sont mortes aussi. Je les rejoindrai bientôt. J'ai pris tout ce que j'avais et j'en ai fait don aux dieux. Peut-être nous pardonneront-ils à moi et ma chère Ornesta…