Scolopendromorphe

De Sorceleur Wiki
(Redirigé depuis Mille-pattes géant)
Aller à : navigation, rechercher
{{{caption}}}
Scolopendromorphe
Détails
V.O.
Skolopendromorf

Scolopendromorphe (Yghern en Hen llinge) est une créature brun foncé mesurant dans les deux toises. Il a de longues antennes qui capte odeurs et chaleur.

Sous la plume de Sapkowski[modifier | modifier le wikicode]

Dans une modeste clairière, au pied d’un escarpement rocheux, un petit être vêtu d’une vareuse grise était acculé contre un charme. À cinq pas de lui, quelque chose s’approchait lentement en remuant les herbes. Ce quelque chose brun foncé mesurait dans les deux toises. Tout d’abord, Geralt pensa qu’il s’agissait d’un serpent, mais il remarqua des pattes jaunes, mobiles, crochues et les segments plats d’un long thorax. Il comprit que ce n’était pas un serpent. Que c’était bien pire.
Pressé contre l’arbre, le petit être ne cessait de pousser de petits cris plaintifs. Les longues antennes frémissantes du myriapode géant, captant odeurs et chaleur, dépassaient au-dessus des herbes.
— Ne bouge pas ! hurla le sorceleur en tapant du pied pour détourner l’attention du scolopendromorphe.
Mais le myriapode ne réagit pas : ses antennes venaient de repérer le parfum de sa prochaine victime. Le monstre se mit en branle, s’enroula en S et s’élança. Ses pattes d’un jaune éclatant scintillaient à travers les herbes avec la régularité des rames d’une galère.
— Yghern ! cria Braenn.
En deux bonds, Geralt atteignit la clairière. Il retira en courant l’épée de son fourreau dorsal. D’un coup de hanche et profitant de son élan, il projeta sur le côté le petit être pétrifié dans un buisson de ronces. Le scolopendromorphe commença à frémir dans l’herbe ; il piétina puis se jeta sur le sorceleur en soulevant ses segments antérieurs et en faisant claquer ses crochets suintant de venin. Geralt fit un pas de danse, sauta par-dessus la carcasse plate du monstre et, se retournant, essaya de frapper de son épée un interstice vulnérable de la carapace thoracique. Le monstre fut néanmoins trop rapide ; l’épée ripa sur l’enveloppe chitineuse sans l’entamer, comme si un épais tapis de mousse avait amorti le coup. Geralt essaya de se sauver, mais sans vivacité. Le scolopendromorphe enroula avec une force colossale son abdomen autour des jambes du sorceleur qui perdit l’équilibre. Celui-ci voulut s’en libérer pour s’en extraire. Sans succès.
Le myriapode s’incurva et se retourna pour le saisir avec ses forcipules. Ce faisant, il érafla violemment l’arbre en se lovant autour de lui. À ce moment-là, une flèche siffla au-dessus de la tête de Geralt ; elle traversa bruyamment la carapace de l’animal, clouant celui-ci au tronc de l’arbre. Le myriapode s’entortilla, brisa la flèche et se dégagea ; mais déjà deux autres projectiles le frappaient. Le sorceleur put rejeter avec ses pieds l’abdomen ondoyant et roula sur le côté.
Un genou à terre, Braenn tirait flèche sur flèche avec une vitesse inouïe, sans jamais rater le scolopendromorphe. Celui-ci brisait les empennes ; mais chaque flèche supplémentaire le clouait à l’arbre. L’animal à gueule plate, luisante et roux foncé, faisait claquer sa mâchoire ; il refermait ses crochets là où les pointes des flèches le transperçaient, pensant stupidement pouvoir ainsi frapper l’ennemi qui le blessait.
Geralt sauta de côté et mit un terme au combat d’un seul coup d’épée assené à toute volée. L’arbre fit office de billot.

L'Épée de la Providence, page(s) ?


Scolopendromorphe dans The Witcher[modifier | modifier le wikicode]

Dans The Witcher[modifier | modifier le wikicode]

Entrée de Journal[modifier | modifier le wikicode]

On dit que les mille-pattes géants ont été élevés à Brokilon et lâchés dans la nature par des dryades vengeresses qui haïssent l'humanité. On raconte que ces créatures sont impossibles à tuer, car elles se divisent en deux bêtes vivantes quand on les coupe en deux. Toutes ces sottises au sujet des mille-pattes géants ne font que prouver combien ces monstres venimeux font peur au commun des mortels. Et combien les gens détestent tout ce qui n'est pas humain.

Dans The Witcher 3: Wild Hunt[modifier | modifier le wikicode]

Entrée de Journal[modifier | modifier le wikicode]

Parmi les remarquables espèces animales et végétales qu'abrite le duché de Toussaint, il en est qui sont particulièrement déplaisantes, comme les scolopendromorphes. Ces créatures hideuses sont aussi capables d'atrocement mutiler les chairs. Face à elles, l'extrême prudence est de mise.
– "Une visite à Toussaint", l'un des nombreux guides signés de Peterin Safles

Les scolopendromorphes sont de gigantesques créatures insectoïdes qu'on rencontre un peu partout dans le monde, mais qui prolifèrent tout particulièrement dans les terres (ou plus exactement, "sous" les terres) de Toussaint. Ils y cohabitent avec les shaelmaars, avec qui ils entretiennent une sorte de monstrueuse symbiose : les scolopendromorphes se nourrissent des coprophages qui dévorent les excréments des shaelmaars.

Le corps des scolopendromorphes est presque intégralement recouvert d'une carapace chitineuse extrêmement solide. Plusieurs rangées de pattes crochues dépassent de la carapace. Les scolopendromorphes peuvent s'enfouir dans le sol à une vitesse stupéfiante pour ressurgir à la surface quelque part ailleurs. Une fois qu'ils ont choisi une cible, ils décrivent des cercles autour de leur proie et frappent quand ils sont assez près. Pour attaquer, ils utilisent surtout leurs puissantes mandibules, mais ils possèdent également des glandes qui leur permettent de cracher de l'acide.
Lorsqu'on affronte des scolopendromorphes, le principal obstacle à surmonter est leur épaisse carapace, capable de repousser les assauts physiques ainsi que les attaques magiques, comme les sorts ordinaires ou les signes de sorceleur.

Attaqués avec une arme, ils pareront le coup avant de riposter tout en puissance. Le meilleur moyen d'en venir à bout consiste à les piéger avec un signe d'Yrden pour les empêcher de se lover dans leur carapace ou de s'enfouir dans le sol.

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

Notes[modifier | modifier le wikicode]


Références[modifier | modifier le wikicode]