Monts Crécerelles

De Sorceleur Wiki
(Redirigé depuis Monts Kestrel)
Aller à : navigation, rechercher

Les Monts Crécerelles (V.O. : Góry Pustulskie) sont une chaîne de montagne qui sépare Kaedwen de la Redania et Kovir et Poviss. Elle se compose de Chiava, la Grande Crécerelle et la Dent du coursier.

Repères[modifier | modifier le wikicode]

Sous la plume de Sapkowski[modifier | modifier le wikicode]

— Le dragon a plongé dans une ravine du mont de la Grande Crécerelle, non loin des sources de la Braa. Il se dissimule encore dans les grottes.
— « Les limites du possible », dans la collection L'Épée de la Providence, page(s) ?

— Eh bien, expliqua Kozojed en montrant les trois sommets dentelés dominant les environs. Ce sont Chiava, la Grande Crécerelle et la Dent du coursier. Le sentier mène vers les ruines d’une ancienne place forte, tourne autour de Chiava par le nord, au-delà des sources de la rivière. En empruntant le pont, nous pouvons raccourcir le chemin. Nous suivrons une ravine jusqu’à une nappe d’eau sise entre les montagnes. Si nous n’y trouvons pas trace du dragon, nous prendrons vers l’est pour inspecter les ravins adjacents. Plus loin encore, vers l’est, nous trouverons des alpages plats, puis un chemin menant directement à Caingorn, vers vos domaines, seigneur.
— « Les limites du possible », dans la collection L'Épée de la Providence, page(s) ?

C’en était trop. Radowid le Roux décida de mater son vassal insoumis une bonne fois pour toutes. L’armée de Rédanie, forte de quatre mille hommes, traversa la rivière Braa, et un corps expéditionnaire de Kaedwen entra dans Caingorn.
Une semaine plus tard, deux mille rescapés rédaniens passaient la rivière Braa dans l’autre sens, tandis que les misérables survivants du corps kaedwien se traînaient pour rentrer chez eux par les cols des montagnes du Désert. Mais un autre objectif se profila bientôt, auquel contribua l’or des montagnes du Nord. L’armée permanente de Kovir était composée de vingt-cinq mille condottieres; originaires des coins les plus reculés du monde, aguerris aux combats professionnels, ils vouaient une fidélité absolue à la couronne de Kovir en échange d’une solde particulièrement généreuse et d’une retraite garantie par contrat.[...]

La Tour de l'Hirondelle, page(s) ?


Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

Notes[modifier | modifier le wikicode]


Références[modifier | modifier le wikicode]