Morvran Voorhis

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Morvran Voorhis
Identité
V.O.
Morvran Voorhis
Espèce
Humain
Nationalité
Flag Nilfgaard.svg
Statut
Titre(s)
Empereur de Nilfgaard
Famille
Père
Prince Voorhis
Empereur de Nilfgaard
Emhyr var Emreis Jan Calveit

Morvran Voorhis est le fils du Prince Voorhis et est l'empereur de Nilfgaard, successeur de Emhyr var Emreis.

Apparence et caractère[modifier | modifier le wikicode]

Morvran Voorhis dans la saga[modifier | modifier le wikicode]

Dans La Dame du Lac[modifier | modifier le wikicode]

Les conspirateurs, Joachim de Wett, Ardal aep Dahy, le Comte d'Arvy, Berengar Leuvaarden, le Comte Broinne et Stefan Skellen avaient planifié de renverser Emhyr et de mettre le jeune Morvran sur le trône Impérial. Bien que les conspirateurs ont été condamnés à mort après la trahison de Leuvaarden, Voorhis a probablement pris le trône à la fin du 13ème siècle.

Après La Dame du Lac[modifier | modifier le wikicode]

Comme empereur, il ordonna la condamnation de Peter Evertsen, Sergent en chef de l'armée du temps des Guerres nordiques, Grand Trésorier de la Couronne et coadjuteur de l'Empire, qui est finalement mort dans le Château Winneburg en 1301. On ne connaît pas la date de la mort de Morvran mais ce qui est certain c'est qu'en 1328, l'empereur était Jan Calveit, qui réhabilita Peter.

Sous la plume de Sapkowski[modifier | modifier le wikicode]

« Evertsen, Peter, né en 1234, confident de l'empereur Emhyr Deithwen et l'un des véritables artisans de la puissance de l'Empire. Sergent en chef de l'armée du temps des Guerres nordiques; à partir de 1290. Grand Trésorier de la Couronne. Élevé au rang de coadjuteur de l'Empire durant la dernière période de règne d'Emhyr. Accusé à tort d'abus au cours du règne de l'empereur Morvran Voorhis; condamné et emprisonné. Mort en 1301 au château de Winneburg. Réhabilité après sa mort en 1328 par l'empereur Jan Calveit. »

Effenberg et Talbot,
Encyclopaedia Maxima Mundi, Tome V

Le Temps du Mépris, page(s) 235

— L’empereur Voorhis, répéta avec insistance l’homme à la voix de basse. L’empereur Voorhis, monsieur Skellen. Marié à ma fille Eilan ou à l’une des filles de Joachim. Après quoi, je deviendrai grand chancelier de la couronne, et de Wett feld-maréchal. Et vous monsieur Skellen, comte et ministre des Affaires intérieures. À moins qu’en vertu de vos convictions populistes ou autres, vous préfériez renoncer au titre et à la fonction… Alors ?
— Laissons de côté les processus historiques, répondit, conciliant, l’enrhumé. Ils sont en marche, et rien ne les arrêtera. Pour ce qui est d’aujourd’hui, si j’ai quelque réticence envers le prince Voorhis, Grand Chancelier aep Dahy, c’est avant tout en raison de son caractère vaniteux et inflexible ; il n’est pas homme à se laisser facilement influencer.
— Si je puis me permettre d’intervenir, déclara l’homme à la voix traînante, le prince Voorhis a un fils, le petit Morvran. Lui ferait un bien meilleur candidat. Premièrement, ses droits au trône sont plus solides, tant du côté paternel que maternel. Deuxièmement, c’est un enfant ; à sa place gouvernerait un Conseil de régence. C’est-à-dire, nous.

La Dame du Lac, page(s) ?


Morvran Voorhis dans The Witcher[modifier | modifier le wikicode]

Dans The Witcher 3: Wild Hunt[modifier | modifier le wikicode]

Entrée de Journal[modifier | modifier le wikicode]

Morvran Voorhis, commandant de la division Alba, officier de haut rang et aristocrate de pure souche, pouvait s'enorgueillir du titre de Nilfgaardien, appellation réservée aux natifs de la capitale de l'Empire ou de ses environs immédiats. À l'époque de leur première rencontre, Geralt ignorait l'importance de l'individu chargé de lui "poser quelques questions de routine". Connaissant le sorceleur, toutefois, si Geralt avait eu conscience du statut de Morvran, cela n'aurait pas changé grand-chose.
Le sorceleur revit Voorhis quelque temps plus tard, à Novigrad. Le général nilfgaardien y tirait parti de la neutralité de Novigrad pour apprécier la compagnie de la baronne Maria-Louisa de La Valette.
Dans les milieux autorisés, on affirmait que le rang et l'expérience de Voorhis faisaient du général un successeur tout trouvé à l'empereur dans l'éventualité où Emhyr déciderait de renoncer à sa couronne.

Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]