Nécromancie, la magie interdite

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Nécromancie, la magie interdite
Tw3 book green2.png
Lire pour en savoir plus.
Détails
Inventaire/
emplacement
Livres
Catégorie
Objet ordinaire
Type
Livre
Source
Butin / Ahcat
Prix de base
10 couronnes
Prix de vente
couronnes
Prix d'achat
19 couronnes
Poids
0.26 poids

Entrée de journal[modifier | modifier le wikicode]

Il est communément admis que la magie n'est ni bonne ni mauvaise, qu'elle transcende les critères moraux des hommes, que tout dépend du mage qui l'utilise, dans un but louable ou, au contraire, vil et immoral. Il existe une exception à ce principe : la nécromancie.

Les promoteurs de cette école de magie soutenaient naguère que l'on peut aussi faire le bien en ranimant un corps. Après tout, un homme mort peut détenir des secrets aptes à sauver des vivants. Et l'envoi au front d'une armée de cadavres animés paraît préférable au sacrifice de jeunes hommes dont les veines charrient encore un sang chaud. En outre, un soldat ranimé peut servir à plusieurs reprises, jusqu'à ce que les membres coupés le rendent impropre à accomplir sa tâche.

S'il est difficile de réfuter la logique de tels arguments, pratiquer la nécromancie n'en reste pas moins interdit. Rien à voir avec les bêtes superstitions concernant les morts-vivants ou avec les réticences des puissants, qui craignent de voir une victime témoigner contre eux. Rien à voir non plus avec les scrupules énoncés par les aînés du Conclave, qui furent raillés comme réactionnaires lorsque le sujet fut abordé. Non, le sort de la nécromancie fut scellé par les observations de Hen Gedymdeith, corroborées ultérieurement par des expériences répétées : il a été établi qu'un mort ranimé se comporte de manière imprévisible, et que le procédé entraîne immanquablement des effets secondaires néfastes. En d'autres termes, si nobles soient ses motivations, le mage qui recourt à la nécromancie finit toujours par faire le mal. En cela, les dieux ont voulu nous faire savoir que l'on ne doit pas transgresser certains dogmes. Même le Conclave se doit de respecter la volonté des dieux.