Stregobor de Kovir

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher
Stregobor de Kovir
Identité
V.O.
Stregobor z Koviru
Surnom(s)
Maître Irion
Espèce
Humain
Nationalité
Flag Kovir&Poviss.svg
Statut
Titre(s)
Conseiller du roi Idi
Occupation(s)
Magicien

Stregobor de Kovir est un magicien et un maître d'illusions, ainsi qu'un farouche croyant en la "malédiction du soleil noir".

Apparence et caractère[modifier | modifier le wikicode]

Stregobor de Kovir avait toujours eu l'air de ce à quoi doit ressembler un magicien selon toutes les règles et toutes les représentations. Grand, maigre, voûté, avec d'épais sourcils blancs broussailleux, et un long nez crochu. Pour compléter le tableau, il portait une longue et ample robe noire aux manches incroyablement larges et tenait à la main un très long bourdon surmonté d'un pommeau de cristal.[1]

Stregobor de Kovir dans la saga[modifier | modifier le wikicode]

Dans Le moindre mal[modifier | modifier le wikicode]

Stregobor vécut à Kovir pour la majorité de sa vie, servant le roi Idi, avec un confrère, Zavist, d'où il fit la connaissance du sorceleur Geralt de Riv.

Quelque temps plus tard, Stregobor a été envoyé à Creyden, à cause des soupçons d'Aridea concernant sa belle-fille, l'enfant de Fredefalk de son premier mariage, Renfri. Le magicien est arrivé à la conclusion, basé sur le comportement et la nature de la fille , qu'elle était en effet une des soixante filles maudites par l'éclipse. Stregobor complota avec la reine Aridea pour tuer Renfri et envoyèrent la princesse dans les bois avec un chasseur.

Peu après, ils trouvèrent l'homme avec une épingle de broche enfoncé dans son crâne et aucune trace de Renfri. Stregobor rentra à Kovir, tentant de retrouver la fille. Au fil du temps, le chasseur est devenu la proie, il survécu à trois tentatives d'assassinat avant de fuir vers la vallée du Pontar. Toujours poursuivit par Renfri, il continua jusqu'à Angren, avant de s'installer dans le beffroi d'Irion à Blaviken, et d'assumer l'identité de Maître Irion.

Pendant une année, Stregobor réussi à vivre en paix, en aidant les gens de la ville, devenant 'leur' magicien. Malgré cela Renfri réussi à le traquer, mais avant qu'elle ne puisse se venger, elle et sa bande fut tué par Geralt, qui lui a valu le surnom de "boucher de Blaviken". Après cet évènement, le magicien retourna à Kovir.


Sous la plume de Sapkowski[modifier | modifier le wikicode]

Mais Stregobor avait toujours eu l'air de ce à quoi doit ressembler un magicien selon toutes les règles et toutes les représentations. Grand, maigre, voûté, avec d'épais sourcils blancs broussailleux, et un long nez crochu. Pour compléter le tableau, il portait une longue et ample robe noire aux manches incroyablement larges et tenait à la main un très long bourdon surmonté d'un pommeau de cristal.
— « Le moindre mal », dans la collection Le Dernier Vœu, page(s) 123 – 124

— Non. C’est le dernier endroit où je m’attendais à te voir. Si ma mémoire est bonne, avant, tu habitais à Kovir, dans un beffroi qui ressemblait à celui-ci.
— Bien des choses ont changé depuis.
— Ne serait-ce que ton nom ! Ainsi, tu te fais appeler maître Irion, maintenant.
— C’est le nom du bâtisseur de ce beffroi, il a trépassé il y a près de deux cents ans. J’ai jugé important de lui rendre en quelque sorte hommage en occupant son domicile. Je suis ici en tant que résident. La majorité des habitants de Blaviken vit de la mer, et comme tu le sais, ma spécialité, outre les illusions, c’est la météorologie. Tantôt je calme une tempête, tantôt j’en provoque une, tantôt je fais souffler un vent d’ouest pour rapprocher les bancs de merlans et de colins des côtes. J’arrive à en vivre. Enfin, disons que j’y arrivais, ajouta-t-il d’un ton lugubre.

— « Le moindre mal », dans la collection Le Dernier Vœu, page(s) ?

— Notre dernière rencontre a eu lieu à Kovir, à la cour du roi Idi, dit Geralt. J’étais venu chercher mon dû pour avoir tué un amphisbène qui terrorisait la région. Avec un homme de ta confrérie, Zavist, tu m’as alors traité à qui mieux mieux de charlatan, de machine à tuer et, si je me souviens bien, de mangeur de charogne. Résultat, non seulement Idi ne m’a pas payé un sou, mais il m’a donné douze heures pour quitter Kovir et comme son sablier ne marchait pas bien, c’est tout juste si j’en ai eu le temps. Et maintenant, dis-tu, tu comptes sur mon aide ! Tu es poursuivi par un monstre ! De quoi as-tu peur, Stregobor ? S’il t’attrape, dis-lui que tu aimes bien les monstres, que tu les protèges et que tu veilles à ce qu’aucun sorceleur mangeur de charogne ne trouble leur tranquillité. En vérité, si ce monstre t’étripe et te dévore, c’est qu’il n’est qu’un affreux ingrat.
— « Le moindre mal », dans la collection Le Dernier Vœu, page(s) ?


Notes et références[modifier | modifier le wikicode]

Références[modifier | modifier le wikicode]