Tor Zireael

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher

Tor Zireael, la Tour de l'Hirondelle en langage ancien, est une bâtisse dont très peu de personnes connaissent l'existence. La tour, dit-on, contiendrait de nombreux portails magiques par lesquels on peut voyager vers de nombreux mondes différents mais, n'ayant jamais été trouvée malgré de nombreuses recherches, elle est considérée une légende par la plupart des gens à l'exception d'une poignée de personnes qui disent l'avoir vue de leurs propres yeux.

Dans les livres[modifier | modifier le wikicode]

La Saga du Sorceleur 
Avertissement « spoiler » : Des détails majeurs suivent.
Cliquez ici pour visualiser.

Avertissement « spoiler » : Des détails majeurs suivent.

Cliquez ici pour visualiser.[modifier le wikicode]

La tour est située sur la rive nord de Tarn Mira, un lac en forme de trèfle, parmi les nombreux lacs de la région Centloch. Pour le commun des mortels, la tour est invisible et ne se montre que sous la forme d'un vague tas de pierres. Lorsque Ciri arrive à proximité, la tour apparait sous les yeux ébahis de Léo Bonhart qui la poursuivait. Une fois Ciri entrée, la tour disparaît à nouveau.

Lorsqu'elle pénètre dans cette tour, Ciri est transportée dans le monde des Aén Elle, un monde d'elfes gouverné par leur roi, Auberon Muircetach. Retenue prisonnière pour qu'elle donne un enfant à Auberon, Ciri arrivera à s'échapper en utilisant ses pouvoirs de déplacement à travers le temps et les mondes.

Sous la plume de Sapkowski[modifier | modifier le wikicode]

«Après être partis de la place forte de l’antique et célèbre cité d’Assengard, nous avons parcouru environ six cents haltées vers le sud pour rejoindre une contrée dénommée les Cent Lacs. Si l’on admire ce pays du haut des collines, on y découvre une infinité de lacs formant des motifs de diverses formes, comme si une main d’artiste les avait à dessein disposés de la sorte. L’elfe Avallac’h, notre chef, nous a demandé de rechercher parmi ces formes un lac qui ressemblerait à un trèfle. Et, pour tout dire, nous l’avons repéré. Mais bientôt il apparut qu’il était formé non de trois, mais de quatre lacs, car l’un d’eux, d’une forme un peu allongée qui s’étirait du sud vers le nord, était comme le pédicule de ce trèfle. Ce lac, nommé Tarn Mira, d’une forêt noire était environné, et sur sa limite nord devait, paraît-il, s’ériger un donjon secret, appelé tour de l’Hirondelle; en langage elfique: Tor Zireael.

Cependant, de prime abord nous ne vîmes rien du tout, hormis le brouillard. Je m’apprêtais déjà à entretenir l'elfe Avallac’h de ladite tour lorsque ce dernier nous fit signe de nous taire avant de nous tenir ce langage: “Attendre et espérer. L’espoir renaîtra avec la lumière et un bon présage. Observez attentivement l’immensité des eaux, et vous y verrez les messagers de la bonne nouvelle.” »

Buyvid Backhuysen, Pérégrinations sur les routes et les endroits magiques
La Tour de l'Hirondelle, page(s) ?

« Ce livre n’est qu’une mystification du début à la fin. Les ruines près du lac Tarn Mira ont été sondées à plusieurs reprises. Contrairement aux énonciations de B. Backhuysen, elles ne sont pas magiques, il est donc impossible qu’elles constituent les restes de la légendaire tour de l’Hirondelle. »

Ars Magica, éd. XIV
La Tour de l'Hirondelle, page(s) ?

—Pour te sauver de Thanedd, poursuivit l’anachorète, tu es passée par le portail de la tour de la Mouette, Tor Lara. Or Geoffrey Monck, la plus haute autorité sans doute en matière de téléportations - il est l’auteur d’un ouvrage intitulé La Magie du Peuple ancien, opus magnum du savoir sur les téléportations elfiques - écrit que le portail de Tor Lara mène à la tour de l’Hirondelle, Tor Zireael...
La Tour de l'Hirondelle, page(s) ?

[...]D’une seule voix nous poussâmes un soupir d’émerveillement, car l’on eût dit cette tourelle de vapeurs tissée, ayant la brume comme fundamentum, et à son sommet, couronnée par les scintillements de l’aube, une aurora borealis féerique.
» Un génie surnaturel puissant en vérité avait dû construire ceste tour, qui ne pouvait être l’œuvre d’un esprit humain.
» L'elfe Avallac’h perçut notre admiration et dit: “Voici Tor Zireael, la tour de l’Hirondelle. Voici les Barrières des Mondes et les Portes du Temps. Réjouissez vos yeux, humains, car il n’est pas donné à tout un chacun de la voir apparaître.”
» Quand nous lui demandâmes s’il était possible de s’avancer et d’admirer de près ladite tour ou même de la toucher de propria manu, Avallac’h se mit à rire. “Tor Zireael, dit-il, n’est pour vous qu’un songe onirique, or on ne peut toucher les songes. Et c’est bien ainsi, ajouta-t-il, car la tour n’est là que pour les Erudits et quelques rares Élus pour qui les Portes du Temps sont celles de l’espoir et de la renaissance. Pour les profanes elles sont les portes du cauchemar.”
»À  peine avait-il prononcé ces paroles que derechef les brumes se refermèrent sur la tour, privant nos yeux de la contemplation de ceste enchantement... »

La Tour de l'Hirondelle, page(s) ?

Au-dessus de l’horizon, une couronne de lumière aveuglante enflamma le ciel couleur bleu marine, un dôme lumineux dont soudain surgirent des faisceaux et des spirales de feu, des colonnes dansantes et des tourbillons de lumière. Des draperies et des rubans mouvants, vacillants, aux formes sans cesse changeantes, se suspendirent au firmament.
Bonhart coassa. Il avait l'impression d’avoir un garrot de fer sur la gorge.
À l'endroit où un instant auparavant il n’y avait qu'une petite colline nue et un tas de cailloux se dressait à présent une tour.
Majestueuse, svelte et élancée, noire, lisse, brillante, comme taillée d’un seul bloc dans du basalte. Des flammes clignotaient à ses quelques fenêtres; entre les créneaux dentelés de son sommet flamboyait une aurora borealis.

La Tour de l'Hirondelle, page(s) ?

L’intérieur de la tour lui rappela instantanément Kaer Morhen, le même corridor noir après l’arcade, la même enfilade sans fin de colonnes ou de statues. Elle n’arrivait pas à comprendre comment une telle profondeur pouvait être contenue dans l’obélisque élancé de la tour. Mais elle savait parfaitement qu’il était inutile d’en appeler à la logique. Après tout, cette tour avait surgi de nulle part, comme par enchantement. Elle pouvait tout renfermer et il ne fallait s’étonner de rien.
La Tour de l'Hirondelle, page(s) ?

Elle pénétra dans l'obscurité, sous l'arcane, entre des colonnes et des statues. Les ténèbres ondoyèrent comme de la fumée, des murmures obsédants, des soupirs, des incantations silencieuses emplirent ses oreilles. Devant elle la clarté revint soudain, éblouissante, une porte gigantesque s'ouvrit. Puis une autre. Et une autre encore. Une infinité de portes aux lourds vantaux s’ouvraient sans bruit devant elle.
Kelpie avançait, faisant résonner ses sabots sur le sol.
La géométrie des murs qui l'entouraient, des arcades et des colonnes, se trouva soudain inversée si violemment que Ciri en eut le vertige. Elle avait l'impression de se trouver à l'intérieur d'un volume impossible, une espèce de gigantesque octaèdre.
D'autres portes continuaient à s'ouvrir. Mais elles ne balisaient plus une direction unique. Elles ouvraient la voie vers une infinité de directions possibles.

La Tour de l'Hirondelle, page(s) ?