Traité sur l’arme blanche

De Sorceleur Wiki
Aller à : navigation, rechercher

Traité sur l’arme blanche par Pandolfo Forteguerra.

Extraits[modifier | modifier le wikicode]

« Une épée de sorceleur (fig. 40) se distingue en cela qu’elle est comme un composé des autres épées, la cinquième essence de ce qui fait le meilleur des autres armes. Son acier remarquable et la façon de le forger, propre aux fonderies et aux forges naines, donnent au fer sa légèreté, ainsi que sa souplesse extraordinaire. Une épée sorcelienne est également affûtée à la méthode naine – une méthode, ajoutons-le, secrète, et qui le demeurera pour des siècles, car les nains montagnards sont extrêmement jaloux de leurs secrets. Envoyez en l’air une épée affûtée par des nains, et celle-ci parviendra à couper en deux un tissu de soie. Avec leurs glaives, les sorceleurs, nous le savons d’après les récits de témoins oculaires, étaient parfaitement capables d’assurer de tels numéros. »
La Saison des orages, page(s) ?


« Ce n’est pas seulement la réalisation, ce n’est pas uniquement l’habileté de l’artisan qui préjuge de la valeur d’une épée sorcelienne. De même que pour les énigmatiques lames elfiques ou gnomes, dont le secret a disparu, la puissance d’une épée sorcelienne est liée à la main et à l’intelligence du sorceleur qui la manie. Et grâce, précisément, aux arcanes de la magie, elle est extrêmement efficace contre les Forces obscures. »
La Saison des orages, page(s) ?